jeudi 25 août 2016

La malédiction du deux

Il est surprenant à quel point il est impossible de s'entendre à deux. Très vite l'émotion intervient, qui produit un cercle vicieux, qui conduit à la rupture. L'effet est subtile, souvent. Chacun, à son tour, fait un geste amical, mais il est mal interprété par l'autre, qui répond par un coup de griffe... "opposition de phase"

Comment monter une entreprise à deux, ou même vendre quoi que ce soit, dans ces conditions ? Comment évite-t-on ce phénomène d'ordinaire ? En retirant l'aspect émotionnel de nos relations. Tout est calibré, normé... Ou, au contraire, avec beaucoup d'émotion : l'amour rend aveugle. Ou encore, en évitant de donner un coup de griffe, lorsque l'on a envie de le faire. (Le terme technique est "suspension".)

De l'émotionnel au rationnel
Et il y a la technique des négociateurs : "de l'émotionnel au rationnel, et du face-à-face au côte-à-côte". Chacun doit abattre ses cartes : voici ce que je cherche à faire, comment peut-on atteindre, ensemble, nos objectifs particuliers ?

Mais établir une relation nouvelle est compliqué. Un médiateur est généralement nécessaire : n'ayant pas d'intérêt spécial dans l'affaire, il aborde la question de manière rationnelle, non émotionnelle. 

Et encore ! L'homme est prêt à crever plutôt que d'abandonner une illusion, a priori sans importance, ou un comportement ridicule. J'en suis arrivé à penser que, si les Américains sont si bons en affaires, c'est du fait d'un nettoyage culturel de leurs émotions. Les nôtres débordent dans la vie publique, les leurs restent dans le privé, s'ils en ont encore.