mercredi 14 septembre 2016

Alexandre Grothendieck

Depuis le temps qu'un ami me dit que je ressemble (physiquement) à Alexandre Grothendieck, jeune ou vieux, il fallait que je me renseigne sur ce mathématicien. Mais, j'ai fait le mauvais choix. J'ai trouvé deux livres sur lui et j'ai pris celui-ci parce qu'il me semblait agréable à lire. C'est le cas. Mais on n'y trouve pas plus que le contenu d'un article. Je n'ai quasiment rien appris sur l'homme et son œuvre. 

Alexandre Grothendieck a une enfance effroyable. Il est le fils de révolutionnaires, en fuite permanente. (Eh oui, les révolutionnaires ont des enfants !) Père ukrainien, mère allemande. Il est confié pendant ses premières années à un foyer nourricier. Puis se retrouve dans un camp d'internement en France. Il y a de quoi fabriquer un fou furieux. Ensuite, son talent est repéré par la communauté mathématique française. Elle va le guider dans ses études, puis se mettre à son service. Pendant des décennies, il va produit des pages de mathématiques, à un rythme inconcevable, et les meilleurs mathématiciens français vont consacrer leur vie à les mettre au point et à démontrer ses intuitions. Cadences infernales et quasiment travail d'usine : ils font les "deux douze". Il écrit la nuit, ils mettent au point le jour. En 68 lui arrive une révélation à la Sartre. Non, il n'est pas un prolo, dont la pureté serait garantie par le passé révolutionnaire de ses parents. Il est un bourgeois. Alors, il va absorber les idées de 68, sans les digérer. Pour autant, sa révolte ne sera que velléitaire. Protégé par l'élite mathématique, il fera une carrière quasiment normale. Ce n'est qu'à la retraite qu'il choisira de mener une vie d'ermite, ou, plutôt, d'ex soixhante-huitard. Il vivra entre son ennemi Satan et ses amies les plantes. Entre temps, il se sera brouillé avec tous ceux qui lui voulaient du bien, à commencer par ses enfants. 

Et sa contribution aux mathématiques ? Impossible de savoir de quoi il s'agit. Il est question parfois de mathématiques dans ce livre, mais jamais en rapport avec son oeuvre, la "géométrie algébrique". Du début à la fin de sa vie, il a énormément écrit. Une partie de ce travail a été analysée par la communauté mathématique et parachevée. Mais mérite-t-il sa réputation de meilleur mathématicien du siècle ? A-t-il eu une utilité ? Ou l'époque où les mathématiques ont coïncidé avec la réalité est-elle révolue ? Elles ont pris une vie qui leur est propre ? Mystère.