jeudi 1 septembre 2016

Mère de tous les changements ?

Je lisais les titres de Forbes. J'ai eu l'impression d'y voir tout ce que l'on n'aime pas dans la transformation de la France. A savoir la primauté exclusive de l'entreprise. Surtout, le sujet de Forbes est s'enrichir. C'est le sens de la vie. Et ceux qui sont riches sont admirables et sympathiques. Et tout cela passe très bien, lorsque c'est écrit par Forbes. Mais pas chez nous. En partie, peut-être, parce que les Américains sont pragmatiques. Ils peuvent croire un moment à quelque chose, et changer d'avis dès qu'ils constatent que ça ne marche pas. Or, nous, nous croyons aux absolus. Et comme nous n'en avons plus, nos élites ont emprunté les idées des Américains. Et il est maintenant inconcevable pour elles de dire qu'elles se sont trompées.

Et si ce qui est bon pour l'Amérique était bon pour le monde ? pour paraphraser Sloan. Et si nous étions en train d'essayer de faire ressembler notre société à l'américaine ? En particulier, et si l'on essayait de faire de nous tous des entrepreneurs ? (Car l'entrepreneuriat est, peut-être bien, la nature ultime de l'Américain.) Et si c'était cela le changement qui ne passait pas ? Et si c'était ce qui expliquait le problème qui se pose à moi systématiquement ? L'entreprise française pourrait être bien plus efficace qu'elle ne l'est si elle était gérée rationnellement - si elle appliquait les "sciences du management" telles qu'enseignées en MBA. Elle est freinée par ses égos, particuliers et collectifs. Ils refusent de grandir. Ils ont besoin d'affection pour cela.