lundi 26 septembre 2016

Raison et communication

La raison ne semble plus marcher en communication. Pourquoi ? 

Je lisais que l'on cherchait des données sur "l'ethnicité", de façon à dénoncer les "discriminations". Au même moment, lorsque Alain Finkielkraut observe que je ne sais pas quelle équipe de France n'est pas très blanche, on dit qu'il est "raciste". Où est la logique ? D'autant que j'entendais un joueur de football américain dire à France Info, qu'il y avait 70% de noirs dans ce sport, sans que cela ne dérange personne. Bien sûr, on répondra que si la raison est dévoyée, c'est pour le bien général. D'ailleurs, c'est explicitement la thèse du postmodernisme : la raison et le langage sont des armes. Seulement, quand on sait qu'ils peuvent être manipulés, ils deviennent inopérants. 

Mais, le populisme est-il aussi irrationnel qu'il le paraît ? Une partie de la population est mécontente, les hommes politiques ordinaires n'ont rien à lui proposer. Il est rationnel qu'elle vote pour celui qui la prend en considération. 

Il reste le mystère Sarkozy. Il joue des émotions, et ça marche. Or, il a déjà été président. Qu'a-t-il fait pour les mécontents ? Et s'il y avait, en nous, malgré tout, une fibre qui était mise en résonance par la haine ?