mardi 20 septembre 2016

Rejet de la culture américaine

Regardez les Champs Elysées. Écoutez la radio : rock, pop, folk, rap. Il est banal de dire que la culture anglo-saxonne nous domine. Mais ce qui l'est moins est la prise de conscience des conséquences pratiques de ce processus. Par exemple, il nous impose un modèle d'entreprise qui n'est pas le nôtre. La société française est une société construite par l'immigration, multiculturelle donc, mais pas au sens anglo-saxon. De même, la "déréglementation" libérale ou de 68 n'a rien de français. Idem pour notre amour nouveau de la nature vierge, qui s'oppose à une longue tradition du jardin (au sens Le Nôtre) ou du champs. Et même pour notre système politique. Il fut radical ou monarchique, supposé représenter l'intérêt général, mais jamais, comme aujourd'hui, un affrontement gauche / droite, entre partis représentant des "intérêts spéciaux". La droite s'appelle même, maintenant, "les républicains" !

La Grande Marche de Mao semble avoir eu pour but de rejeter à la mer l'influence délétère occidentale. Et si le rejet actuel des élites, ressortissait au même phénomène ? Les élites mondiales ont été séduites par le modèle stratifié anglo-saxon, qui leur proposait de rejoindre la classe privilégiée. Elles ont cherché à y convertir leurs peuples. Mais, M.Hollande  n'est pas M.Clinton, et l'on ne remplace pas une culture dans un claquement de doigts, "le changement c'est maintenant". Alors il y a réaction ? Le corps cherche à rejeter la greffe ? Et, avec elle, "l'élite" qui la représente ? (à suivre)