mardi 13 septembre 2016

Sélection systémique

Il y a quelque chose de curieux aux USA. C'est l'admiration qui est due à l'homme qui réussit. On le considère immédiatement comme un oracle. Sans même examiner comment il a fait pour s'enrichir. Admiration qu'on lui retire dès qu'il fait faillite. Pour un Français, cela paraît surprenant. Lui, considère le bagage intellectuel. Et même celui des dieux de la Silicon Valley est bien faible.

L'Américain a une théorie pour justifier son amour : la sélection naturelle choisit les meilleurs. 

Peut-être a-t-il raison ? Mais la sélection n'est pas vraiment naturelle. C'est celle du système. La sélection sélectionne des gens qui ont les caractéristiques que veut le système. Le marché veut des gens pas très malins, qui aient une grosse santé. Une autre système sélectionne autre chose. Le système politique français sélectionne les Hollande et Sarkozy, par exemple.

Si l'on n'est pas très satisfaits du résultat, c'est peut-être que ces systèmes ne sont pas totalement humains. Ils demeurent encore un peu "naturels". Comme le disait Charles Gide, dans un jardin laissé à lui-même, il ne survit que de mauvaises herbes.