dimanche 9 octobre 2016

L'existentialisme comme méthodologie ambulatoire

Qu'est-ce que je tire de l'existentialisme ? Trois idées : angoisse existentielle ; on ne naît pas, on devient ; absurde. 

L'existentialisme comme méthodologie ambulatoire
Par ses contradictions, la raison montre qu'elle n'est pas tout. D'où angoisse : il existe quelque-chose que l'on ne comprend pas, et c'est l'essentiel. Mais aussi espoir, puisque notre sort n'est pas scellé. Par conséquent, l'homme, digne de ce nom, est une cible mouvante. Il ne peut jamais être définitivement décrit (par la raison) : il ne "naît" pas ; il "n'est pas" ; il est en devenir permanent. Quand il se croît arrivé, diplômé ou autre, il tombe. Il devient le rhinocéros d'Ionesco. Et il passe d'étape en étape par un changement démarré par la rencontre de l'absurde. L'absurde, c'est la découverte de nos contradictions internes. Pour y survivre, nous devons trouver une vérité "plus fondamentale", qui résout ces contradictions. "Plus fondamentale", car la contradiction n'est jamais définitivement résolue. Les limites de la raison nous amènent fatalement à de nouvelles contradictions. Mais, c'est la règle du jeu. C'est ce qui nous propulse dans la vie et fait que nous sommes, parce que nous devenons. Contrairement à Kierkegaard, je ne crois donc pas à une vérité absolue, mais plutôt à la découverte progressive d'assises qui remplacent les précédentes. 

Socrate me semble avoir voulu pousser ses concitoyens à trouver ses assises. Hannah Arendt paraît partager mon point de vue. Elle pense aussi que Socrate n'avait pas compris que l'action de Socrate conduit naturellement au désespoir, ou à la révolte. C'est un trouble à l'ordre public. D'où la condamnation de Socrate. C'est le problème de l'absurde collectif. Malinowski pense que le religion est son remède. Pour ma part, je crois plutôt que, dans notre monde de raison, c'est l'anthropologie. Dans les phases de désespoir, nous avons besoin que quelqu'un fasse de nous une psychanalyse collective et en tire un projet de société auquel nous puissions tous nous rattacher.