mardi 4 octobre 2016

Phénoménologie pour un nul

Phénoménologie. Curieux mot que j'ai découvert relativement récemment. Voici ce que j'ai compris. 

Le "phénomène" est quelque-chose sur lequel on met un nom. Arc-en-ciel, politique, justice, tonnerre, amour, bateau, chat, homme, voiture, meuble, rose, intelligence, changement... 

La question que se pose l'homme est : qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qu'il y a à l'intérieur ? Certains disent, on ne le saura jamais, on ne peut que décrire le phénomène. Le scientifique dit : mes équations expliquent le phénomène. D'autres pensent que notre intuition nous révèle la nature des choses, après tout nous sommes faits de la même pâte qu'elles. 

Quant à moi, je crois que tout ce monde a tort de croire qu'il existe des phénomènes. Car le phénomène est insaisissable. Dès qu'on tente de le cerner, on découvre qu'il n'a pas de frontière. Et, on s'empoigne : chacun en aillant une définition à lui. (Qu'est-ce que la justice ?) Au mieux, le "phénomène" est quelque-chose qui signifie vaguement quelque-chose pour l'ensemble des hommes. C'est un moyen d'organiser notre vision collective du monde. C'est un moyen qui est propre à une de nos caractéristiques dominantes : la raison. C'est surtout un moyen qui nous permet d'agir efficacement. Nous pouvons observer le phénomène, le modéliser, en tirer des règles d'action, les tester. En termes de "compréhension", c'est tout ce que nous pouvons espérer.