mercredi 2 novembre 2016

La comptabilité n'est pas adaptée aux start up

"Idéal type" de la Jeune entreprise innovante. Compte de résultat : 600.000 euros de chiffre d'affaires et 10.000€ de bénéfice. Sur ces 600.000 euros, 400.000 euros de factures clients, 200.000 euros correspondent à des retraitements comptables. Crédits d'impôts et subventions égalent 120.000€. (Ces chiffres fluctuent beaucoup d'une entreprise à l'autre, mais ce qui compte est l'idée que l'on en retire.)

Son chiffre d'affaires vient de services informatiques. Elle a investi dans le développement d'un produit innovant. Innovant ? Il tombe dans une case qui est occupée depuis des décennies par les plus gros acteurs du système... (Les gros acteurs occupent tout.) Alors, quel est son modèle économique ? Start up ou client de l'Etat ?

La comptabilité traditionnelle est adaptée à l'entreprise en fonctionnement. L'entreprise en lancement ne l'est pas. Il n'est pas possible d'amortir ses dépenses en faisant l'hypothèse qu'elles correspondent à un revenu certain. Son problème est de devenir durable. Pour juger de ses chances de survie, il faut évaluer sa capacité à générer du cash. C'est pourquoi la comptabilité américaine travaille sur le cash flow. La nôtre a encore à s'adapter.