mercredi 22 mars 2017

Affaires

J'ai l'impression que les élections présidentielles ont déclenché une vague d'affaires, sans précédent. Y aura-t-il encore un candidat à la Présidentielle ou un membre du gouvernement en liberté le jour de l'élection ? 

Complot ? Si je comprends bien, cela viendrait du fameux parquet financier, résultat de l'affaire Cahuzac. Ses investigations commencent à déboucher. Il découvre que les pratiques ordinaires, à peine dissimulées, des politiques étaient répréhensibles. Nouvel exemple de conséquence imprévue du changement. 

En fait, les pêchés de nos politiques semblent s'apparenter à ceux de la population. Mais à une échelle plus grande, puisque, dans le système français, ils ont tous les pouvoirs. Ils jouent sur l'interprétation de la loi pour augmenter leurs revenus, ou organisent des mises en relation, payées indirectement. Seulement leurs responsabilités ne sont pas les nôtres. Et qui vole un oeuf vole un boeuf. Peut-on administrer impartialement la nation, quand on est aux prises avec de tels conflits d'intérêt ? 

Il est possible que tout ceci se traduise par un renouvellement du personnel politique. Les anciens vont être remplacés par des nouveaux, qui n'auront pas eu l'occasion d'adopter des pratiques condamnables. On y gagnera en probité, et on y perdra, un temps, en expérience. Reste à savoir les conséquences que vont avoir ces révélations sur le vote de la nation.