vendredi 17 mars 2017

Lobby

Ce doit être désagréable d'être candidat à la présidentielle. On est interpellé sans cesse par des individus ayant des idées fixes. Cela va de l'énergie propre, à la défense des testicules du porcelet. Mais que se passe-t-il lorsque l'on n'est défendu par aucun lobby ? Le populisme, lobby du sans lobby ? 

Et si le candidat posait aux lobbys les questions qu'on lui pose, et leur demandait des solutions ? Cela nous rendrait peut-être plus responsables et solidaires. Moins de tentation de vendre son âme au diable ?