lundi 10 avril 2017

Fraternité

Qu'est-ce qui est le plus important ? Liberté, égalité ou fraternité ? Les Lumières répondent : liberté. Rousseau explique que si l'un peut écrabouiller l'autre, il n'y a pas de liberté. Donc il faut une "égalité de puissance". (Ce qui n'a rien à voir avec l'égalitarisme que nos perfides amis anglo-saxons disent être notre idéal.) 

Quand à la fraternité ? C'est le principe de toute société. Ou, plus exactement, ce principe est la confiance. L'économie dit que le "coût de transaction" détermine l'efficacité du marché. Eh bien, si vous avez confiance, il n'y a pas de coût de transaction. D'où la Bourse de Londres et son "my word is my bond", je n'ai qu'une parole. Et voilà pourquoi le protestantisme est le terreau du capitalisme pour Max Weber : l'éthique du protestant fait que l'on peut avoir confiance en lui, du moins si l'on appartient à sa chapelle. Et voilà pourquoi les économistes "libéraux" sont convaincus que l'on n'a pas besoin d'Etat. 

Cela a produit une innovation, au sens du sociologue Merton. Le propre d'une société qui fonctionne est la confiance, donc. Nous sommes des oies blanches. Donc faciles à exploiter. Et le fait que le peuple se laisse exploiter montre bien qu'il est de nature inférieure, et que nous méritons ce que nous tirons de lui, pense l'exploiteur. Doctrine des "ultrariches" ?