samedi 29 avril 2017

Reflux du populisme

Les milieux d'affaire aiment à se faire peur. Ils voyaient Mme Le Pen au pouvoir. Mais ils prennent aussi un peu vite leurs désirs pour des réalités. Ils pensent maintenant que la vague populiste est en recul, définitivement.

Or, il est singulièrement idiot de comparer les situations françaises, anglaises et américaines. En Amérique, un leader populiste est à la tête d'un parti de gouvernement, avec lequel il doit composer. En Angleterre, un parti de gouvernement a pris en main un sujet populiste, probablement pour éviter qu'il ne tourne mal. En France, Mme Le Pen devrait diriger seule. C'est totalement différent. Pour qu'un tel type de leader prenne le pouvoir, il faut un saut dans l'inconnu que seule justifie une crise majeure. Comme avant guerre. 

C'est un piège pour M.Macron. En effet, il est facile de confondre la crainte du chaos avec une déclaration d'amour.