mercredi 17 mai 2017

Elite

On a dénoncé l'élite. Or, le gouvernement Macron s'annonce comme un gouvernement d'énarques... 

En dépit de tout le mal que je pense de l'ENA, je crois que c'est un bien. Si M.Macron fait si bonne figure, c'est qu'il a été préparé à ses fonctions par sa formation. 

Il y a quelques années j'ai croisé le chemin de Francis Mer, corps des Mines, grand patron, ministre. Il semblait en vouloir à l'élite. Elle n'avait pas fait son travail. Elle était incapable d'écouter, donc de résoudre, les problèmes du pays. Une question d'éducation, disait-il. Eh bien, je me demande si "l'élite" n'est pas en train de mener le changement. 

Injuste, me direz-vous ? Elle nous a mis dans la panade, et, maintenant, elle essaie de nous en sortir (un peu ?). Ce faisant elle conserve son poste, sans payer pour ses fautes ? 

Mais, peut-être, simplement, qu'elle retrouve son rôle. Isaac Getz rappelle la théorie ancienne du "servant leader". Le meilleur "leader", est, d'abord, un serviteur de la collectivité. Et si notre "élite" devenait une "élite de serviteurs" ? Alors, ce serait à nous de nous demander ce qu'elle nous a apporté de nouveau, et comment l'employer au mieux de nos intérêts. 

(On parle de "grand commis de l'Etat" : la vocation de notre élite, n'est-elle pas de nous servir ?)