vendredi 26 mai 2017

Lobby

L'autre jour, le gouvernement annonce qu'il va maintenir l'état d'urgence. Les informations de la radio disent qu'un nombre étonnant d'ONG s'élèvent contre cette mesure. La violence de l'indignation m'a surpris. Que pensent les Français ? me suis-je demandé. 

Nous sommes à une époque de lobbys. Il y a les lobbys qui défendent les intérêts des entreprises, mais aussi les lobbys qui portent des sujets de société. Quel est le résultat de l'affrontement de ces lobbys ? 

Peut-être l'individualisme. C'est ce qu'ils ont en commun. Or, paradoxalement, leur force vient de leur puissance sociale. C'est parce que les dirigeants de l'entreprise disposent de l'argent collectif qu'ils peuvent l'utiliser pour défendre leurs intérêts. Idem pour l'ONG, qui joue sur des mécanismes sociaux, par exemple sa proximité avec les gouvernants, pour faire réussir ses combats. Pas sur une légitimité qui lui viendrait de la société.

Peut-être que M.Cameron avait vu juste lorsqu'il parlait de "big society". La société doit se réapproprier sa propre puissance ?