mercredi 19 juillet 2017

Bartleby

Bartleby, c'est l'histoire d'un homme absurde, avant l'heure. Elle peut nous arriver à tous : quand la vie n'a plus de sens, on n'a plus la force d'exister. La nouvelle m'avait plu, je ne sais pas pourquoi. Quelque chose de calme et de paisible. Ce n'est que plus tard que j'ai découvert que la vie imitait la fiction. Qu'il existait des Bartleby. C'est étrange, les histoires prennent un sens après qu'on les ait lues. Il en est de même de ce que j'ai appris à l'école. Généralement, j'ai redécouvert ce que je croyais savoir. Je ne l'avais pas compris. 

Bergson a une idée de ce genre. La meilleure façon d'apprendre est d'approcher la connaissance par sa périphérie. Par exemple, un poème par sa musique. Ce n'est que plus tard que le sens viendra. 

C'est le paradoxe de l'école. Elle sélectionne ceux qui comprennent, alors qu'il faut probablement une vie pour comprendre ce qui est important.