mercredi 12 juillet 2017

Innutrition

Je lisais que M.Macron s'était arrêté à Jacques Brel. Il ne s'intéresse pas à la chanson d'aujourd'hui. Je suis comme lui. Curieusement, les Beatles m'ont toujours paru de la guimauve, et la musique anglo saxonne, devant laquelle tout le monde se pâme, n'est guère plus qu'un fond sonore. Quant à la chanson française, elle semble avoir eu une panne d'inspiration définitive dans les années 70. Il y a bien quelques exceptions, mais elles ont, généralement, été sans lendemain. 

La particularité de la chanson française fut son texte. A la renaissance, on parlait "d'innutrition". C'était en se gavant de beaux textes classiques que venait l'inspiration. Je me demande si nous ne sommes pas en déficit d'innutrition. Nos grands écrivains avaient généralement commencé tôt. Aujourd'hui, le jeune n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. L'école est devenue d'une pauvreté affligeante. Elle est pauvre, mais, aussi, elle nous force à la suivre, interminablement. Elle nous forme à la pauvreté intellectuelle. Il n'y a plus de place pour un autodidacte tel qu'Audiard, Prévert, Guitry, Rimbaud ou Rousseau. Explication plausible ?