mardi 25 juillet 2017

Journalisme

Les journalistes ont les mêmes accents que les députés "dégagés". Le peuple ne les écoute plus, pas plus que M.Mélenchon et Macron. (Et Mme Le Pen ?) Or, la vérité est dans la bouche du journaliste ; vous n'êtes pas équipés intellectuellement pour la trouver, disaient les invités du Grain à moudre de France Culture ce matin.

C'est nouveau. Hier, le journaliste pensait qu'il y avait mieux que la vérité. Qu'il y avait le bien. Et qu'il devait l'enseigner. Cependant, peut-être y a-t-il deux autres nouvelles, dans ce changement :
  • Le journaliste comprend qu'il peut se faire "dégager" (un des invités du Grain à moudre est éditeur de The Conversation, parole d'experts, mise en page par le journaliste). Il s'est mis à s'interroger sur son rôle. Il s'est mis à penser.
  • Pour la Révolution, l'esclavage, c'était le lavage de cerveau (en ce temps on parlait de "coutume"). La liberté, c'était parvenir à penser par soi-même. Eh bien, ce projet pourrait commencer à se réaliser : le peuple "ose penser".