vendredi 21 juillet 2017

Rationalité

On m'a enseigné que les marchés financiers étaient parfaits. Conclusion : il fallait vider l'entreprise, inefficace, de son argent, pour le donner à l'actionnaire. Cet actionnaire s'est révélé ne pas être tout à fait le marché. C'était le fonds d'investissement et le dirigeant à bonus. Non seulement les entreprises ont procédé à des licenciements massifs (on représentait les dirigeants américains avec une tronçonneuse), mais elles ont cessé d'investir. Leur développement n'est plus durable. 

Pour justifier cette théorie, on a inventé le fait que l'homme était totalement rationnel. Démontrer que ce n'était pas le cas a valu au moins un prix Nobel et a fondé l'économie comportementale. Le marché n'est pas rationnel, et il ne s'adapte pas immédiatement à une information nouvelle. La meilleure façon de le prouver est d'ailleurs que la théorie a résisté, dans l'opinion, aux preuves qui l'ont infirmée. Elle faisait les affaires de beaucoup de gens. Les mythes sont là pour soutenir le statu quo, me dira l'anthropologue. La science étant importante pour notre culture, il est naturel qu'elle soit manipulée pour justifier l'esprit du temps. 

C'est peut-être ce que notre culture a de particulier. Elle a créé la "science" dont le principe est de résister à la manipulation. Elle est anti-mythe. L'individualisme, qui tend à la manipulation pour l'intérêt personnel, a sécrété son antidote : la science ?