lundi 24 juillet 2017

Révolution

Sous la pression de mes proches, qui voulaient que je leur en fasse la synthèse, j'ai fini par lire l'ouvrage de M.Macron. Ce fut éprouvant. Quoi que court et bien écrit. C'est typiquement français : un système. M.Macron fait un panorama complet des problèmes de la France. Il en tire un réquisitoire poli, mais sanglant. Ceux qui l'ont pris pour un ami ont dû se mordre les doigts. De même il répond à ce qu'on dit de lui, et qu'il a entendu. 

Avoir raison avec Macron
Il m'a fait comprendre pourquoi on a préféré "avoir tort avec Sartre que raison avec Aron". L'homme a besoin de rêve. Tant pis s'il produit des Goulags. Dans le livre de M.Macron, on trouve l'existentialisme : comprendre l'âme de la France, et agir selon elle. Proudhon : chercher les forces qui sont à l'oeuvre, pourquoi elles produisent le mal, et comment leur faire faire le bien. Troisième voie, et deuxième gauche, aussi. Mais la société de ses rêves ne fait pas rêver. Il n'est pas "libéral" au sens "individualisme". Il appartient à une ancienne tradition française, qui reconnaît le rôle fondamental de la société pour assurer la liberté de l'homme. Mais il est libéral, au sens de M.Mélenchon : il veut faire entrer le pays dans un XXIème siècle, qui est aux antipodes de notre rêve multiséculaire. 

Président engagé
Ce livre est faussement simple. M.Macron a une solution pour chaque problème. Mais il ne l'exprime pas clairement. Surtout, il ne donne pas une ligne directrice commune qui permettrait de s'y retrouver. On dit que c'est parce qu'il ne sait pas où il veut aller. Et s'il avait, au contraire, en tête un plan minutieusement, et froidement, préparé ? Il en donne le calendrier : dix ans. Il veut faire non seulement changer la France, mais surtout l'Europe. Car l'Europe est le moyen pour la France d'affirmer sa souveraineté et de servir ses intérêts. Et l'Europe a perdu son âme. Quant à la France, il veut donner le pouvoir au bas, à "ceux qui font". C'est en bas qu'on est le mieux placé pour régler les problèmes d'en bas. Pas à l'Elysée ou au Palais Bourbon. Et cela est vrai partout : entreprise, administration, région. Il veut surtout libérer ceux qui "s'engagent". (Ceux qui contribuent, beaucoup plus que d'autres, à l'intérêt collectif ?) Cela ne signifie pas la disparition de l'Etat, au contraire. L'Etat doit combattre pour l'intérêt général. Ce qu'il ne fait plus. (Puisqu'il perd son temps à nous dire ce que nous savons mieux que lui.) Mais cela demande une réorganisation du pays de fond en combles. Il semble qu'il sache ce que cela signifie. Et qu'il s'y soit préparé. Façon main de fer dans un gant de velours ?

Bref, on va voir ce que tout ceci va donner. Mais, si M.Macron ne rompt pas prématurément, nous sommes partis pour une intéressante aventure.