mercredi 14 mars 2018

Elections en Italie

On pensait que le populisme était en recul. Raté. Après les Autrichiens et les Anglais, ce sont les Italiens qui font un choix inquiétant. Peut-être s'explique-t-il par les compromissions des partis politiques traditionnels ? A force de dire, c'est nous ou le chaos, l'électeur choisit le chaos ?

Cela montre certainement que la situation mondiale est fragile. Et qu'il en faudrait peu pour que les choses tournent très mal. En même temps, le SPD a décidé de rejoindre le gouvernement allemand, même s'il lui en coûte beaucoup. Admirons le sens des responsabilités de l'Allemand ? Mais aussi la France : avec son air con et sa vue basse, elle a tout de même évité la solution italienne ? En tout cas, il va falloir se demander ce que signifie solidarité européenne.