mercredi 25 juillet 2018

Vanité des vanités

Il y a quelques temps, j'ai croisé un ancien ministre dans une entreprise. Seulement, je ne le savais pas. (Je ne connaissais que son nom, pas sa figure, et on me l'a présenté par son prénom.) Et je l'ai traité avec quelque peu de rudesse, me dis-je maintenant.

Le pouvoir prépare mal à la vie active. On se croit un sur homme, alors que l'on ne fait que brasser des idées banales. Lorsque l'on est chassé du paradis, on découvre que le roi est nu. Le Français ordinaire, à force d'en baver, est devenu super performant. Ce qui n'est pas le cas de l'ex puissant.