lundi 8 septembre 2014

L'Amérique noire d'Obama

Il ne fait pas bon être noir en Amérique. Un tiers de ceux qui ont entre 20 et 30 ans sont en prison ou en liberté surveillée. En moyenne le noir est dix fois moins riche que le blanc. Et il existe une sorte d'apartheid qui ne dit pas son nom. Les noirs pauvres ont été repoussés dans des sortes de ghettos, isolés des blancs par des leaders communautaires et une classe moyenne acceptable. Surtout, ils ont été expulsés des centres-villes, et se retrouvent dans des banlieues qui ne sont pas équipées pour aider le pauvre. Les années 2000 - 2010 ont été celles du "déclassement". Ne serait-ce que parce que le noir a été massivement victime des "subprimes". 

A cela, il faut ajouter une police qui a utilisé les énormes fonds qu'elle a reçus pour s'armer comme pour l'Iraq, une tradition de manifestations réprimées dans le sang, et un usage systématique des statistiques qui permet de détecter le criminel avant qu'il n'ait commis un crime...

(L'étude vient d'ici : François Bonnet & Clément Théry, « Ferguson et la nouvelle condition noire aux États-Unis », La Vie des idées, 2 septembre 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Ferguson-et-la-nouvelle-condition.html)

Et M.Obama dans tout ceci ? J'entendais une émission dire qu'il ne pouvait rien faire, car il est noir. 

Parce qu'il est noir, il ne peut pas faire ce que ferait tout être humain ? M.Obama aurait-il démontré que le noir n'est pas humain ?