jeudi 26 mai 2022

Macron solo ?

M.Macron aurait compromis son projet de défense européenne, lisais-je dans Politico.eu. Il continue de causer avec M.Poutine, et n'est qu'un tiède allié de l'Ukraine. 

Contraste avec la stratégie de M.Johnson ? Lui est très bruyant dans sa défense de l'Ukraine. Il se fait beaucoup d'amis au sein de l'UE. Ce qui lui permettra de mieux la diviser, le jour venu ? 

M.Macron, ou le complexe, typiquement français, du "gros malin" ? L'anti esprit d'équipe ? Or, sans équipe on n'est rien... gros malin ? 


La séduction de l'escroc

The Voysey inheritance rappelle un phénomène bien connu de la psychologie de l'escroquerie : la séduction de l'escroc. 

D'où cela vient-il ? Pourquoi, d'ailleurs, l'homme honnête tend-il à être inquiétant ? Indigne de confiance ?

On peut hasarder plusieurs explications. A l'époque de la présidence Sarkozy, on parlait beaucoup des vertus de l'entrepreneur. L'entrepreneur était celui qui prenait des risques. Mais aussi, c'était celui que l'on ne pouvait comprendre, puisque génial. "Qui m'aime me suive" est la phrase qui s'applique, dans ces cas là. C'est l'enthousiasme qui fait l'entrepreneur ? Et c'est l'enthousiasme qui fait aussi l'escroc ? Difficile de distinguer l'un de l'autre ? 

Mais, l'escroc est aussi sympathique, constatent les psychologues, parce qu'il nous dit ce que, inconsciemment, nous avons envie d'entendre. Il nous promet la lune, et ne nous trouve que des qualités (et pour cause...). 

Et si l'homme honnête battait l'escroc sur son propre terrain ? Cela lui demanderait d'être enthousiaste et de nous aider à corriger nos défauts dans la joie, comme Molière. 

Voilà, enfin, un projet de changement qui a du sens ? Curieux qu'aucun des candidats à la présidentielle n'y ait pensé ?

mercredi 25 mai 2022

La séduction de l'Occident

Tristes tropiques est un rien ridicule. Lévi-Strauss arrête une tribu qui veut profiter des bienfaits de la civilisation, afin de l'interroger sur ses coutumes, avant qu'elle ne les ait oubliées. 

L'arme absolue d'une grande civilisation, c'est son pouvoir de séduction. Le moyen ultime de "conduite du changement" ?

C'est peut-être ce qu'avait compris Louis XIV. C'est peut-être aussi le succès matériel de l'Occident qui a fait exploser l'URSS. 

Au fond, tout le monde rêve de l'idéal occidental. Y compris les djihadistes, qui semblent pétris de sa culture. Et peut-être aussi les Russes et les Chinois, qui ne parviennent toujours pas à trouver leur autonomie intellectuelle. 

Seulement, comme on vient de le voir, celui-ci a un vice de forme. Sans contrepoids, il semble que ce qui pourrait être sa force, "l'innovation", prenne le sens que lui donne Robert Merton : de création, elle devient exploitation. Le "premier de cordée" coupe la corde qui le gène... 

Ce qu'il faut à l'Occident est peut être ce qui est arrivé un peu tard à Athènes : la destruction de ses remparts ? Il ne peut vivre que dangereusement ?

Honnêteté intellectuelle

J'ai retrouvé une phrase de Sartre, qui m'avait indigné lorsque j'avais 16 ou 17 ans. Il parle d'un jeune homme qui vient lui demander conseil, et dit que, lorsque l'on fait cette démarche, on sait toujours l'avis que l'on va recevoir. 

Je n'ai jamais compris que l'on puisse faire une telle affirmation. Quand on va consulter un médecin, on n'a aucune idée de ce qu'il va nous dire. Quant à moi, je me suis toujours méfié de mes idées et suis soucieux d'écouter ceux qui ne me ressemblent pas. Cela, d'ailleurs, amène fréquemment ce blog à changer d'avis. 

Je ne comprends pas comment on peut s'appeler Sartre, se prétendre philosophe, normalien, agrégé de philosophie (ce qui, en son temps, signifiait "esprit scientifique"), et balancer, sans sourciller de telles âneries. 

Le mal de la philosophie moderne, qui est tombée dans le sophisme ? 

mardi 24 mai 2022

Le temps des parasites ?

Le DUP irlandais veut la dissolution de l'accord du Brexit, sous peine de guerre civile. M.Johnson, que rien n'engage, surtout pas sa parole, y voit l'occasion qu'il cherchait. La Turquie bloque l'accès de la Suède à l'OTAN. La Hongrie, les sanctions contre la Russie. La Pologne, la loi sur l'imposition minimale des entreprises...

La Russie décide de son propre chef d'envahir un pays voisin. 

Chacun use de son pouvoir de nuisance. Il est surtout surprenant à quel point un groupe d'individus peut infliger de dommages à l'ensemble de l'humanité. (Et à quel point l'Union européenne semble prendre tous les coups, sans pouvoir en rendre aucun.)

Effet systémique ? Résultat de décennies libérales ? L'individualisme a gagné le monde et il est incompatible avec la nature sociale de l'humanité ? 

The Voysey Inheritance

Pièce d'un certain Harley Granville-Barker, qui semble avoir été un auteur célèbre, en Angleterre, au début du siècle dernier. (BBC)

Madoff avant Madoff. La pyramide de Ponzi est éternelle. Un jeune homme découvre que son père et avant lui son grand père escroquaient leurs clients. Ces derniers confiaient leur capital à l'entreprise, en échange de revenus récurrents. Le capital servait, sans le leur dire, à des affaires douteuses. Tout l'exercice consistait à pouvoir rembourser le capital, quand il était réclamé. Généralement le jour du décès du client. 

Le jeune homme est honnête ? Que doit-il faire ? Continuer la tradition ? Après tout personne ne s'est jamais rendu compte de rien. Expérience existentielle. Dans l'épreuve, chacun révèle sa nature. Et elle n'est pas très belle.

Et, comme dans la vie réelle, on ne fait confiance qu'à l'escroc. Un homme honnête a quelque chose d'inquiétant. Au fond, on ne peut pas échapper à sa nature. 

C'est aussi l'occasion de s'intéresser à Ponzi. Et si ce dispositif n'était pas utilisé que dans les escroqueries ? Et si, certaines générations, par exemple, consommaient le capital de l'humanité ?... 

Le héros et le technocrate

68 révolution incomprise ? Si l'on lit bien le billet "De Gaulle en 68", on y voit un passage de pouvoir. De Gaulle est entouré de héros de la guerre de 40 (mais pas de résistants). Avec Pompidou commence l'ère des technocrates, des hommes d'appareil. 

Ni les uns ni les autres ne doivent leur légitimité à l'élection. Ce ne sont pas des politiques. Ils sont en contradiction avec les principes mêmes de la démocratie. D'ailleurs, ils ont probablement en commun le fait de surestimer leur capacité à diriger le pays, et à comprendre sa population. 

Du malaise actuel ?

lundi 23 mai 2022

Péril jaune ?

Le covid aurait-il bon dos ? Et si la fermeture de la Chine avait pour but de créer l'inflation en Occident, en cassant la "supply chain" mondiale ? Voilà ce que je lisais ce matin dans la lettre de Politico.eu. (Après un autre article qui soupçonne M.Poutine de vouloir déclencher une famine qui amènerait l'Europe a être submergée par l'immigration.)

Les régimes autoritaires se seraient-ils engagés dans un bras de fer avec les démocraties ? Entre infiltration de partis "populistes", et manipulation des élites (cf. billet sur HSBC), le coup était préparé depuis longtemps, probablement. 

Stratégie du "voleur chinois" ? Pas de confrontation directe, ce qui provoquerait une mobilisation générale, mais jouer sur la faiblesse de la démocratie : l'intérêt individuel ? 

(Ou théorie du complot, qui contaminerait les hautes sphères ? se demandait un ami.)

Chief whip

Peut-être que nos révolutionnaires auraient dû s'interroger sur la résilience de la démocratie anglaise. Contrairement au nôtre, son système politique se rit des soubresauts de l'histoire. Surtout, sa chambre des députés a résisté au temps. 

Et contrairement à ce qu'a semblé croire le général de Gaulle, ses chefs de gouvernement n'ont pas moins de trempe que les nôtres. 

Une personne joue un rôle central dans cette démocratie : le "Chief Whip". C'est un député, qui a pour rôle de s'assurer de la cohésion de son camp. En particulier d'éviter la révolte des "back benchers". 

On dit de la politique que "comme l'andouillette, elle doit sentir la merde, mais pas trop". Il semble que ce soit la recette du succès, ici. Le Chief Whip use de persuasion, mais ne doit jamais tomber dans l'intimidation. (Si j'ai bien compris, cela a été fatal au dernier Chief Whip de Boris Johnson.) Pour cela, il est critique d'être très bien informé. Cela ressortit à l'espionnage. 

En fait, l'Angleterre est une démocratie parlementaire. Etre député est bien plus prestigieux qu'être fonctionnaire. Contrairement à chez nous, les étudiants les plus brillants sont formés à la pensée et à la parole. Leur carrière politique commence à l'université. Et, souvent, les professeurs et les "tuteurs" (l'enseignant qui suit un élève au cours de ses études universitaires) jouent le rôle de détecteurs de talents. Puis de mentor. (Ce qui est aussi vrai pour les espions.)

Peut-être aussi que cette résilience tient à ce que l'Angleterre est profondément inégalitaire. Les "représentants du peuple" appartiennent à une classe supérieure, fortement consanguine. 

(Réflexions qu'évoque "The House" un feuilleton radiophonique que rediffuse BBC 4 extra.) 

dimanche 22 mai 2022

Les malheurs d'HSBC

HSBC va-t-il être coupé en deux ? C'est ce que demande un investisseur chinois, depuis quelques temps. 

Il y a quelques années, HSBC a installé son siège à Hong Kong. Pied de nez à la vieille Europe, ai-je pensé.

Aujourd'hui, HSBC se trouve pris entre deux feux. D'ailleurs, la demande de l'investisseur est surprenante, car HSBC semble avoir, surtout, basculé du côté chinois, où est la majorité de ses intérêts. Après la taupe russe, la taupe chinoise ?

La Chine, c'est l'avenir, pensait l'élite mondiale. Au diable le vieil homme occidental frappé d'obsolescence...

(HSBC pourrait faire appel, en cas de malheur, à celui-la même qu'elle jugeait condamné par l'histoire : le contribuable anglais. Article.)

Fonds souverain

Création d'un "fonds souverain" en Auvergne - Rhône Alpes. La Région abonde, mais les citoyens peuvent aussi y placer leurs économies. La mission de ce fonds est de financer l'économie locale. C'est un moyen de s'assurer qu'elle ne sera pas délocalisée. AuRA nouveau Land ? 

Ambition : à terme : un milliard d'euros. (Article.)

Réindustrialisation. Economie circulaire. C'est dans l'air du temps. 

Bon placement ? Apparemment, il s'agirait d'une assurance vie. Une assurance vie a pour objet d'être repayée. Que se passera-t-il si les entreprises dans lesquels le fonds est investi sont encore en phase de développement, ou n'ont pas tenu leurs promesses, au moment où l'on demandera une retraite ? Peut-être faut-il espérer un effet Ponzi : les premiers souscripteurs seront peu nombreux et pourront compter sur l'argent des derniers arrivés ? De toute manière, la région n'abandonnera pas son fonds, et fera donner ses contribuables ? Eux, risquent de perdre à tous les coups ? Voilà la meilleure des incitations pour investir ? 

samedi 21 mai 2022

De Gaulle en 68

L'Angleterre a-t-elle toujours eu un grand intérêt pour la France ? Je suis surpris du nombre de feuilletons radiophoniques de la BBC tirés de classiques de la littérature française. 

Il est même question de politique française. Dernièrement j'ai entendu une pièce radiophonique dont le sujet était De Gaulle, en mai 68 : alors que les manifestations battaient leur plein, sans avertir personne, il rend visite au général Massu en Allemagne. 

Mystère des mouvements et des changements sociaux. Un instant la société semble devenir folle, incontrôlable. Le gouvernement prend conscience qu'il est impuissant. L'histoire aurait-elle pu tourner autrement ?

Il y avait quelque chose de très américain dans le traitement de cet épisode de notre histoire. Le vieux lion doute. Il a 78 ans. N'est-il pas fini ? Mais il décide de livrer son dernier combat. Il trouve alors les mots qui mobilisent "son" peuple, et mettent un terme à la contestation. Et il se venge des jeunes loups qui avaient cru lui faire la peau, mais qui ont démontré leur incompétence. 

De Gaulle est probablement mal entouré. Il n'a confiance qu'en ses compagnons de la résistance. Or ces gens, sont, au fond, des réactionnaires. Des pendules arrêtées. Quand à la nouvelle classe politique, celle des Pompidou, elle surestime probablement la puissance de son intellect, sa compréhension de la société et sa capacité à la guider. C'est certainement toujours le cas aujourd'hui. 

Aliénation ?

La coopérative a éradiqué le paysan, lit-on dans La forteresse agricole. Inattendu. Je pensais que la coopérative avait été, au contraire, un succès du monde paysan. D'ailleurs, n'est-ce pas une idée de Proudhon ? 

En fait, le phénomène a quelque-chose d'évident. Les coopératives sont dirigées par des salariés. Ceux-ci se sont convaincus d'une certaine vision du progrès. Elle rendait obsolète le paysan. 

Ce phénomène est bien connu dans l'entreprise. 

Et s'il avait touché le pays dans son intégralité ? Et si nos gouvernements successifs avaient adopté une vision de l'avenir (peut-être même que nous approuvons, parce que nous n'en voyons pas les conséquences) incompatible avec l'existence de leurs électeurs ? Et si cela expliquait l'état du pays ? 

(En particulier, le grand nombre de personnes "en recherche de sens".) 

Déchet toxique

M.Zelinsky en veut à M.Macron de lui avoir dit de faire des concessions territoriales à M.Poutine, lisais-je, il y a quelques temps. Puis, dans le même article : que l'Occident avait le souci de ne pas faire perdre la face à M.Poutine. 

Voilà ce que j'appelle un "déchet toxique". Dans la plupart des cas, on n'a pas le droit d'exprimer la solution évidente à un problème. 

Comment parvient-on à traiter nos déchets toxiques ? Indirectement. En créant des conditions qui font que, de lui-même, il est contraint de disparaître. Au fond, c'est tout l'art de la politesse. Ou de la politique. 

vendredi 20 mai 2022

Le numérique facteur de désordre ?

Nouveau rebondissement du paradoxe de Solow. Dans la version initiale, l'informatique ne contribuait pas à la croissance. Maintenant, elle lui nuit gravement. Certains ont rêvé de limites à la croissance. Eh bien, on en a peut-être trouvé le moyen.  

Le Financial Times cite un argument inattendu, et peut-être évident. (Article.) Le monde du numérique nous a fait entrer en mouvement brownien : l'humanité ne fait plus que s'adapter à la dernière lubie de l'informaticien ("pour lire cette vidéo téléchargez la dernière version du logiciel X", "pour avoir accès à votre compte, nous allons faire un test de sécurité renforcé"...). Plus cela va, moins elle parvient à travailler. 

Voilà qui mériterait d'être mesuré. Et si la théorie est juste, il serait du dernier intérêt d'inventer une informatique vertueuse. Après la Silicon Valley, la Vallée de la Vertu ? 

Dignité ?

Vidéo linkedin. De jeunes entrepreneurs "issus de l'immigration" rencontrent M.Macron. Celui-ci est entouré d'extra terrestres, de vieux jeunes, courtisans visiblement désoeuvrés, en costume bleu électrique, qui se bousculent pour voir l'attraction. Les jeunes, eux, fort bien de leur personne par ailleurs, sont en habit banlieue. Ils font un numéro clownesque. Le président exulte. Aurait-il trouvé de "bons sauvages" ? Sa vision pour la France ? 

Dans ma jeunesse, l'immigré de référence, c'était Alain Mimoun. La France d'en bas s'identifiait à lui parce qu'il prouvait ce à quoi elle croyait : l'ascenseur social, pour ceux qui aimaient ses valeurs, qu'elle pensait universelles. Et lorsqu'il n'était pas sur une piste, il s'habillait en costume cravate. Alain Mimoun, la dignité incarnée ?

Que penserait cette France de notre président ?

Famine

On entend que la guerre ukrainienne devrait provoquer une grande famine. Elle prive des pays pauvres d'importations de première nécessité.

Apparemment, on pourrait faire des entorses aux sanctions s'appliquant à la Russie, et même l'encourager à exporter, et à libérer le blé ukrainien. (Ailleurs, j'ai lu que la Russie voudrait, justement, créer cette famine pour noyer l'Europe sous des vagues d'immigrés...)

On dit qu'il y a un gaspillage considérable de nourriture. Ne serait-ce pas le début d'une solution ? L'occasion, pour une fois, de se demander ce que signifie réellement la solidarité ? Et d'en profiter pour remédier aux dysfonctionnements de notre société ? 

(Et pourquoi l'aide aux pays pauvres conduit-elle à ce que "les pauvres de pays riches donnent de l'argent aux riches des pays pauvres" ?) 

jeudi 19 mai 2022

M.Mélenchon, par Delacroix

Habile M.Mélenchon. Après avoir absorbé la gauche, il éclipse Mme Le Pen. 

Son programme ? Aussi vieux, et aussi efficace, que nos révolutions. C'est l'affirmation de principes. L'éthique de la conviction, et non l'éthique de la responsabilité, dirait Max Weber. Le paradis émerge de ruines fumantes. M.Mélenchon, en liberté guidant le peuple, façon Delacroix ?

Mais cette liberté présente une nouveauté. Ce qu'elle promet, c'est l'écologie. Si, dans le tableau de Delacroix, M.Mélenchon a remplacé la liberté, le Bobo pauvre, lui, a remplacé le peuple ?

Et si cela faisait les affaires de M.Macron ?

Elisabeth Borne

Elisabeth Borne, choix par défaut ? Lorsqu'il s'est agi de trouver un nouveau premier ministre, son nom est le premier que j'ai lu. Choix qui semblait logique : Mme Borne a le profil des premiers ministres que semble aimer M.Macron : c'est un exécutant silencieux. Ce que l'on appelle un "sherpa". 

Puis, ce nom s'est effacé. Il fallait une femme, si possible de gauche, voire écologiste, entendait-on. Mais, probablement, avant tout, une personnalité qui frappe les esprits. Et la compétence, en quoi entre-t-elle en compte dans ce choix ? pouvait-on se demander. 

Féminisme selon M.Macron ? Soit il considère  la femme comme une "potiche", soit, ce qui semble avoir été le cas de Mme Borne, il n'en perçoit pas le talent ? 

Quand le naturel revient au galop ? 

mercredi 18 mai 2022

Les difficultés commencent ?

Le problème de ce blog est que, quand il n'a pas tort, il n'a pas de solution à proposer...

Ce qu'il craignait depuis longtemps survient. L'inflation signifie que les emprunts ont de nouveau des taux d'intérêt positifs. Donc que la France, qui est lourdement endettée, va l'être encore plus. 

Or, il semble que notre gouvernement, avec les Gilets Jaunes, a repris la fâcheuse habitude de ses prédécesseurs : noyer les mécontents sous l'argent public. Après solidarité Covid, il va y avoir un bouclier de protection contre l'inflation... Il s'est mis, lui aussi, à creuser les déficits. 

Pour se tirer d'affaire, il ne faut pas supprimer du fonctionnaire, mais faire redémarrer l'économie du pays. Car le revenu de l'Etat, c'est l'impôt, et il vient des bénéfices des entreprises, et des revenus des citoyens. 

Et tout cela ne sera pas obtenu par le "laisser faire" libéral...

Liquidons le salariat ?

Certains des pères fondateurs de notre République ont vu le salariat comme un esclavage. Il était incompatible avec l'esprit de la Révolution. (La France radicale.)

Il semble, à nouveau, qu'il ne soit pas en odeur de sainteté. D'abord, apparemment beaucoup de gens n'aiment pas le statut de salarié. Ensuite, on reproche au salarié d'être inefficace, car non "engagé" (voire carrément en lutte des classes). 

De ce fait apparaissent des réseaux plus ou moins lâches de "free lances". (Exemple.) Jusqu'à quel point de telles organisations peuvent-elles être efficaces ? Cela mériterait d'être étudié sérieusement. 

Toujours est-il que cela rappelle les travaux de Henri Mintzberg. Ce type d'organisation est une variante (qu'il n'avait pas prévue) de ce qu'il appelle une "adhocratie", une organisation du travail qu'impose une société en changement rapide, rendant nécessaire des reconfigurations "ad hoc", qui ne peuvent être pilotées par un dirigeant visionnaire. 

mardi 17 mai 2022

Affaire personnelle

Qu'est-ce qui fait l'équipe performante ? Des échanges vigoureux, mais qui ne se transforment pas en affrontements personnels. 

Les membres de l'équipe cherchent l'intérêt de l'ensemble. Pour cela, ils se disputent, parfois violemment, sur la manière de le réaliser. Mais ils ne veulent pas avoir raison à tout prix. Ils reconnaissent les raisons de l'autre. Voici ce qu'écrit Adam Grant, psychologue

Cela m'a rappelé ce que l'on dit des Allemands : le ton peut monter entre collègues, à des niveaux inconnus chez nous, sans que cela se termine en brouille. Au contraire. Et peut être aussi mon expérience des Suédois. 

Je me demande, surtout, s'il n'y a pas là, à l'envers, le mal de notre culture française. Une attaque de nos idées est une attaque personnelle. Cela explique peut-être nos incessantes guerres civiles. Question : comment faire mentir cette malédiction ? 

Anti hype

Usine 4.0. Quand j'ai entendu ce mot, il y a 6 ans, j'ai été surpris. Il m'a semblé être une mode vieille de plus de dix ans. Or, les modes sont vite enterrées. 

Surtout, elles sont vides de sens. Qui a la moindre idée de ce qu'est "l'usine 4.0" ? Idem pour l'intelligence artificielle. Désormais, tout le monde en est expert. 

Nous vivons au temps de ce que les anglo-saxons appellent "hype". 

Une entreprise a eu une idée, qui mériterait d'être copiée. Elle a créé une mini usine, qui permet de montrer ce que peut faire pour vous l'état de l'art de la technologie (mais aussi la technologie ancienne). D'un seul coup, tout se simplifie ! Cela coupe le sifflet au marketeux et rend le pouvoir à l'homme de terrain. Anti hype ? (Article.)

lundi 16 mai 2022

Armée européenne ?

L'Angleterre vole au secours de la Suède et de la Finlande. Ces pays veulent adhérer à l'OTAN. En attendant qu'ils y entrent, l'Angleterre leur offre la protection de son armée et de sa force nucléaire. 

La BBC se demandait ce qui se passerait en cas d'attaque russe impliquant des soldats anglais. 

(Bien sûr, les risques sont faibles, et le perfide M.Johnson a certainement saisi là une occasion de diviser son véritable ennemi : l'UE.) 

Depuis quelques temps, je me demande s'il n'y aurait pas intérêt à ce que nos troupes se trouvent sur le front russe. J'ai gardé de mon service militaire une image effrayante de la désorganisation de l'armée française. Avec mon mauvais esprit naturel, je crois que la situation n'a changé en rien. 

Etre au contact d'un ennemi aussi redoutable que le Russe, toujours prêt au mauvais coup, ne serait-il pas à la fois un grave danger, mais aussi, un entraînement salutaire pour notre armée ?

Grand homme et démocratie

D'une émission sur la Grèce ancienne (Concordance des temps, France Culture) je retiens : incompatibilité entre le grand homme et la démocratie. 

Le grand homme, le "premier de cordée", c'est la menace de la dictature. 

Les travaux sur le changement parlent de "servant leader", ou, récemment, de "leader jardinier". Dans une démocratie, le véritable grand homme n'est pas celui qui est devant, mais celui qui est "à l'intérieur" ? Qui, comme Montaigne, fait évoluer la société par ses écrits, mais aussi par l'exemple de sa vie ? Le véritable grand homme est un anonyme ? 

Pour une fusion de l'Arc de Triomphe et du Panthéon ? 

dimanche 15 mai 2022

Vilain petit Hongrois ?

La Hongrie bloque les sanctions européennes. Elle veut acheter le pétrole des Russes.  

L'UE est conciliante. Elle comprend que le pouvoir d'achat Hongrois dépend du bon marché des approvisionnements russes. Et elle cherche à les remplacer. 

Y aurait-il d'autres moyens d'agir ? La Hongrie est aussi, apparemment, très dépendante de l'industrie allemande, qui y a trouvé un paradis fiscal. N'y aurait-il pas un moyen d'agir sur ses entreprises pour que, à leur tour, elles influencent le gouvernement hongrois ? 

En fait, dans cette histoire, tout le monde joue un double jeu. Méfions nous de nos amis. Je soupçonne, en particulier, que l'Angleterre fait un bruit qui ne correspond pas à l'ampleur des sacrifices qu'elle consent pour la cause ukrainienne. (Mais j'ai mauvais esprit.) 

C'est peut-être aussi le cas de la Russie, qui ne semble pas trop en vouloir à la Turquie de livrer des drones aux Ukrainiens... 

En fait, l'Amérique cherche à affaiblir le Russie pour lui ôter son pouvoir de nuisance, lit-on. Au moins nous avons l'espoir d'éviter les coups de folie des dernières guerres mondiales, qui voulaient éliminer "l'ennemi" ?

Guerre moderne ? Les lois du marché par d'autres moyens ? 

Les sources de l'autorité

Mes aventures avec la médecine ne m'ont pas donné confiance en sa compétence. 

Pourtant, le médecin a fait beaucoup d'études. Il devrait être une autorité. Seulement, mon expérience m'a montré des gens qui ne font qu'appliquer des consignes que je pourrais tout aussi bien lire qu'eux. Moi aussi je peux avoir du bon sens, et m'en servir. Ou utiliser un ordinateur. 

Qu'est-ce qui fait la réelle autorité ? L'expérience. Mais une expérience qui a permis d'acquérir une maîtrise de son sujet que n'a pas le commun des mortels, ou l'ordinateur. Une expérience qui fait de soi un "professionnel", quelqu'un qui sait ce qu'il sait, et qui sait ce qu'il ne sait pas. Et lorsqu'il sait, qui sait ce que les autres ne savent pas. Ce qui est plus facile à dire qu'à réussir. 

samedi 14 mai 2022

Jacobin désertificateur ?

Une émission parlant de la Corse (France Culture) disait que l'Etat lui avait fait subir de mauvais traitements. Par exemple, en lui réservant quasi exclusivement le retour des Pieds noirs. Cela expliquerait son malaise. 

Cela m'a rappelé des interviews que j'ai faites de Basques et de Bretons. Même discours : dans les années 90, ils ont perçu le risque d'une désertification. L'Etat les transformait en zones touristiques. Ils se sont accrochés, avec succès, à leur économie. 

Au fond, me suis-je dit, la bombe est peut-être un aveu de faiblesse. Si la Corse avait su s'unir pour défendre son économie, elle n'aurait pas été réduite au plastic. 

Ce qui m'a aussi fait me demander s'il n'y avait pas quelque-chose de juste dans la pensée 68 concernant l'Etat jacobin. N'y a-t-il pas, quelque-part dans ses principes, un vice qui l'amène à transformer la campagne en désert, ou, peut-être, en réserve ? 

Amérique über alles ?

L'UMPS est mort. Le bipartisme a vécu. Etait-il contre nature ? 

Pourquoi le régime présidentiel de De Gaulle a-t-il été remplacé par ce qu'il considérait comme l'antéchrist , un système à l'anglo-saxonne ? Et, si, tout simplement, la "soft power" américaine nous avait transformés ? Voilà une question qui se pose. Et qui en pose une autre : et si cette culture était inadaptée à la nôtre ? La raison des troubles qui nous secouent ? Le système immunitaire collectif rejette le corps étranger ? 

A l'appui de cette hypothèse ? Les vainqueurs imposent leur culture. C'est une forme de colonisation. 

Et lorsque l'on observe les colonisateurs anglais, on constate qu'ils font "pourrir le poisson par la tête". Ils commencent par acquérir à leur cause l'élite locale. Ils lui proposent de partager avec elle, fort équitablement, l'exploitation de leur population. 

Les couches supérieures anglo-saxonnes ne semblent pas nationalistes. Elles s'accommoderaient très bien, semble-t-il, d'une sorte d'élite arc-en-ciel, exploitant l'humanité, à l'image de ce qu'est la société anglaise, depuis la conquête normande. 

Les Chinois semblent partager cette analyse. Ils ont compris qu'ils devaient absorber la culture occidentale, au sein de la leur. C'était, par exemple, l'objet des "révolutions culturelles" de M.Mao. Seulement, à mon avis, ils n'y sont pas parvenus. 

Pas de solution miracle ? Et ce que l'on soit Chinois, Américain, ou Français ?

vendredi 13 mai 2022

Malaise social

Réaction d’un kinésithérapeute à un article sur un robot masseur, que je viens de publier :

« Concernant le masseur pour les entreprises, là aussi c'est dans la mouvance du moment : le bien être en entreprise, etc. mais tout simplement pourquoi ne pas faire venir un kiné une à 2 fois par semaine dans les entreprises ? 

Certes la machine va détendre et je pense que la machine va bien faire le boulot, mais on oublie toujours le contact humain et dans le domaine du soin ça reste l'essentiel. Et puis surtout le gros problème de stress dans les entreprises c'est, de ce que je vois passer au cabinet, le fait que l'on demande de la polyvalence mais que l'on ne forme pas, on demande aux employés de faire toujours plus mais avec de moins en moins de moyens humains et financiers. Si déjà on pouvait résoudre cette problématique les gens n'auraient plus besoin de se détendre en entreprise ! » 

Cela rejoint l'expérience du Pole Intelligence Logistique de Lyon : la logistique a fait baisser son nombre d’accidents au travail en réduisant les contraintes que les entreprises s’imposaient les unes aux autres, et qui, en outre, étaient contre-productives. 

Question : est-ce que notre société nous soumettrait à une forme de pression à la fois inutile et usante ? Serait-ce cela qui expliquerait que tant de monde se plaigne que la vie n’a pas de sens ? D'où la "grande démission" ?

Réconcilier la France

Réconciliation, impératif du second quinquennat, lis-je. Etrangement, "réconciliation" était le thème du premier quinquennat, et le sous-titre du livre de M.Macron. En voulant réconcilier, M.Macron aurait-il divisé ? 

Mais peut-on réconcilier la France ? C'est une des questions que se pose ce blog, depuis bien avant ses débuts. Car le propre de la France, c'est la lutte fratricide, suicidaire. C'était déjà le cas à l'heure de Jeanne d'Arc, et ce n'est pas sans conséquences que nos ancêtres soient Gaulois. Même si nous n'avons pas hérité leur ADN, nous avons conservé leurs divisions. 

Rien de plus effrayant que lire Marc Bloch et son étrange défaite : des officiers qui doutent de leurs troupes, et des usines d'armement en grève ! C'est ça la France. 

La cause ? Michel Vinock l'attribue au catholicisme. La folie de l'absolu. L'intolérance de l'inquisiteur ? Et les Gaulois, dans cette histoire ? A moins qu'ils aient fait du catholicisme ce que n'avaient pas prévu qu'il soit ses concepteurs juifs ?

Paradoxalement, les moments de fraternité semblent, effectivement, correspondre à la poursuite d'un idéal commun, toujours fortement abstrait. Le progrès a été un grand fédérateur de la nation, en particulier. 

Et pourtant, même dans ces moments de réunion nationale, que ce soit pendant les années révolutionnaires, ou durant les trente glorieuses, il a toujours existé un parti des revanchards, de frustrés, de médiocres. Et ce parti a une particularité, qui, encore une fois, nous semble propre : il en appelle à l'étranger. Serait-il la clé de l'énigme ?

Think again, Emmanuel Marcon, et lisons les travaux d'Adam Grant (un précédent billet) ? 

jeudi 12 mai 2022

Angoisse existentielle

La campagne présidentielle n'a pas posé la question de "l'existence" de la France, disait une émission d'Alain Finkielkraut

On parle aussi "d'identité". 

Mais cette question est-elle bien posée ? 

Qu'est-ce que l'on entend par "identité", au fait ? Des mots, des symboles. Il est bien ou pas de dire telle chose. L'émission constatait, par exemple, que M.Zemmour a sombré, mais que ses idées ont triomphé. 60% des Français seraient convaincus du "grand remplacement". 

Est-ce là qu'est le problème ? N'est-ce pas plutôt une question d'intentions ? 

Mme Le Pen serait "la candidate des friches industrielles", selon l'émission. De quelle politique résultent ces friches ? 

L'Education nationale ne nous donne pas qu'une identité commune, elle nous place aussi dans la société, et, par la qualité de son apport, contribue de manière décisive à la "performance" du pays. De quelle politique résulte sa déroute - la cause du gros du malaise individuel et collectif ? 

Et si ces politiques s'expliquaient par une "certaine idée de la France", voire de l'être humain. D'un manque de générosité, par exemple ? Et si c'était de là qu'il fallait partir ?

Think again, Adam Grant


Ce best seller de la psychologie serait-il le livre de notre temps ?

Le monde bouge vite, il faut apprendre sans cesse. Ce qui demande de "désapprendre", sans cesse. Plus exactement, ceux qui décident bien, suivent, au préalable, un cycle particulièrement rapide de changements d'opinion. Douloureux. Et, ce, d'autant plus, disent les enquêtes, que l'on a un gros QI ou que l'on se croit compétent. 

Certes.

C'est en tirant le fil du raisonnement que le constat devient inquiétant. Car notre société nous joue de mauvais tours ! "Société de la performance", son principe est de récompenser celui qui réussit. Or, la réussite tient essentiellement au hasard ! Tant que l'on récompense la girouette pour être dans la bonne direction, on ne comprend rien au vent. La société de la performance est une société de la certitude, de la censure, de la parole d'autorité de l"'expert", du prêcheur, du politicien et du procureur. 

Par construction, alors qu'elle ne parle que de l'urgence vitale du changement, elle est impropre au changement !

Comment se sauver ? Adopter l'attitude du "scientifique" digne de ce nom. Le scientifique a "toujours tort", et cela l'enchante. Parce qu'erreur signifie découverte, eurêka, c'est un moteur formidablement puissant. Le scientifique recherche la remise en cause, notamment la contradiction. Plus subtilement, en rencontrant l'autre, il l'amène, aussi, à changer. Comment ? En lui montrant que le monde n'est pas blanc ou noir, mais "complexe", ce qui conduit à l'humilité, la mère de la science, et du changement. 

Quelles seraient les caractéristiques de la société scientifique ? La "sécurité psychologique", c'est-à-dire, la tolérance, la liberté de pensée, de parole et d'expérimenter. Et ce n'est pas le résultat qui compte, mais la "procédure", d'apprendre à toujours mieux faire. 

Au contentement de soi, à la certitude d'avoir raison, à l'enferment sur soi, propres à notre société, celle-ci oppose l'humilité, le doute et la curiosité. 

Le livre fournit une illustration involontaire de sa thèse. Quand un noir rencontre un blanc, le premier est le plus haut dans l'échelle de l'évolution. Quand une culture est dysfonctionnelle, c'est une femme qui la fait changer. Quand à la transition climatique, s'il demeure des résistants, c'est que l'on n'a pas utilisé les bonnes méthodes pour les convaincre. Et si le monde était un peu plus complexe que cela ? Think again, Adam Grant ? 

Mais surtout Think again, vous et moi. Car nous sommes en danger de paralysie intellectuelle, de mort cérébrale, dirait notre président. Lisons, et relisons, ce livre, qui est plein d'enseignements. Et agissons !

(PS. Très facile à lire en anglais. On me dit que la version française est mal traduite.)

mercredi 11 mai 2022

Droit à l'avortement

L'avortement ne serait plus un droit, pour la Cour suprême américaine. On l'entend dire depuis quelques temps. 

Jamais le féminisme n'a été aussi puissant et aussi agressif. Et voilà ce qu'il gagne : un recul d'un demi siècle. 

Les outrances de certains ont produit un mouvement de rejet violent, qui a mis au pouvoir M.Trump, qui a changé la composition de la Cour suprême... ?

Grand théorème de systémique et de changement : quand on cherche l'absolu, on obtient son contraire. Enantiodromie. Pourquoi ne l'enseigne-t-on pas à l'école ? 

(A méditer par tous les anti racistes, écologistes et militants d'autres causes "socialement avancées" ?)

Changer le Ku Klux Klan

Le psychologue Adam Grant raconte l'histoire d'un noir Américain, qui fait changer d'opinion sur les noirs le Ku Klux Klan. A tel point que l'un des anciens dignitaires du mouvement en arrive à lui demander d'être parrain de sa fille. 

Ce qui m'a étonné dans cette histoire n'est pas tant le courage et l'efficacité du noir, que le changement des blancs. Car il faut encore plus de courage pour refuser les convictions du groupe social avec lequel on vit, que pour aller convertir un groupe qui n'est pas le sien. Ce qui m'a fait penser que Clint Eastwood avait peut-être raison. L'Américain moyen est une personne de principes, qui décide seule, en son âme et conscience. 

mardi 10 mai 2022

Effet Dunning et Kruger

Le moins compétent l'on est, le plus compétent on se croit ! C'est le constat qu'ont fait MM. Dunning et Kruger, deux psychologues (cités par Adam Grant).  

Ce phénomène n'aurait rien de culturel, il affecterait toutes les nations. 

Effrayant, lorsque l'on y réfléchit un peu. 

Apparemment, ce ne serait pas le mal du total incompétent, mais de l'amateur. En savoir un peu fait croire que l'on sait tout.

Le réellement compétent est humble. Il est conscient de ses limites face à la complexité du monde. 

La véritable économie sociale

L'économie sociale a un vice. Elle est conçue pour être l'application de la démocratie à l'économie de marché. Les adhérents à une association, à une coopérative, à une mutuelle, élisent un bureau, qui gère la société. Seulement celle-ci est faite de salariés. Et, bien souvent, ce sont eux qui dirigent l'entreprise, de même que nos fonctionnaires ont mis la main sur notre République. 

J'ai rencontré un cas qui mérite considération, il y a quelques années. Saretec, un des principaux groupes d'expertise auprès des assurances, semble avoir trouvé une solution au paradoxe ci-dessus. Ses salariés sont aussi ses actionnaires. Le PDG est un expert coopté par ses pairs. Et il est solidement encadré par son conseil d'administration. Les élections au conseil d'administration sont un événement essentiel de la vie de l'entreprise. 

Le plus intéressant est la façon dont la société s'est constituée. Elle a absorbé de petits cabinets, en procédant en deux temps. Dans un premier temps, Saretec prend en charge les fonctions administratives du cabinet acquis. Si, après quelques années, les deux entités constatent qu'elles s'entendent, Saretec achète la société, et les membres de celle-ci prennent des parts de Saretec. 

Une source d'inspiration ? 

lundi 9 mai 2022

Ennemi public

"Je n'ai jamais vu un président suscitant autant de haine", dit un maire, à qui l'on demande pourquoi son village a voté pour Marine Le Pen. (Article.)

Normal ? non. Pas inhabituel, peut-être. Mais différent de "normal". Car le principe de la démocratie est que le président de la République représente le peuple, non qu'on le considère comme un ennemi. Relisons les écrits des Lumières. 

La belles théories ont donné le contraire de ce qu'elles disaient. Peut-être serait-il utile de se pencher sur la question ?

Victoire par chaos ?

"La situation politique française ne manque pas de piquant : un président autrefois socialiste cherche une femme de gauche et écolo pour diriger un gouvernement chargé de mener des réformes sociales de droite, avec une activation XXL du RSA, un report à 64 voire 65 ans de l'âge de départ à la retraite et qui en même temps mène une « planification écologique » ambitieuse pour tenir les engagements climatiques pris par la France. Le tout en pleine troisième guerre mondiale et dans un pays où une étincelle suffirait à rallumer le feu social, et dont le ministre des finances, Bruno Le Maire, annonce que  pour l'économie française, « le plus dur est à venir »." disait, samedi dernier, Philippe Mabille, de La Tribune.

Il continue en constatant que, compte-tenu de ce qu'il attend de lui, pour M.Macron, la logique serait de supprimer le premier ministre, pour le remplacer par son chef de cabinet. 

Quant à M.Mélenchon, on lit : "Le programme politique des Insoumis – anti capitaliste, anti-européen et anti-OTAN, défavorable à l’envoi d’armes aux Ukrainiens, VIe République, fiscalité confiscatoire pour les riches, créolisation, retraite à 60 ans, etc." Il répondrait aux attentes de jeunes surdiplômés, plutôt pauvres, qui craignent la fin du monde, et pour qui être de gauche importe en raison de sa "résonance morale".

Mme Le Pen aurait pris des vacances. Peut-être cherche-t-elle le vent porteur qu'elle peut exploiter ? 

Les textes sur le changement parlent de "dégel" des certitudes. Nous devons être en plein milieu du changement car, visiblement, rien ne va plus. 

dimanche 8 mai 2022

Achat et dignité

Le pouvoir d'achat a failli donner la présidence à Madame Macron, dit-on. 

Est-ce le fin mot de l'histoire ? Est-ce une revendication fondamentale ? 

« Il nous est bien permis de faire cas de notre fortune, mais (…) il nous est souverainement défendu d’en faire aucun de notre vie » dit Montesquieu. Rien de ce que l'on entend aujourd'hui ne ressemble à la France du passé. Nous avons eu une tradition d'élite, mais d'une élite modeste, missionnaire, pauvre, par exemple. Aussi, comme le disent Montesquieu et Philippe d'Iribarne, le Français semble avoir, avant tout, le sens de l'honneur. Et si nous étions ou avions été le pays des "devoirs de l'homme" plutôt que de ses droits ?...

Et si la France d'avant était toujours présente ? Alors, le malaise français serait peut-être une aspiration à la dignité. Dignité qui requiert de ne pas avoir une vie de misérable, au sens de Victor Hugo. Ce qui peut se traduire, dans le vocabulaire limité de l'économie de marché, qui nous domine, par "pouvoir d'achat" ? 

Faire respecter un contrat

Comment établir un contrat avec quelqu'un qui ne veut pas le respecter ? Voilà la question que pose un précédent billet concernant Boris Johnson. 

Il y a dans un célèbre livre chinois (Le roman des trois royaumes) une solution à ce problème. Un stratège, quasi mythique, veut pacifier une de ses frontières. Il part en guerre contre son voisin belliqueux, et lui inflige une cuisante défaite. Mais il le relâche. L'autre recommence. Nouvelle défaite, à nouveau relâché. Au bout de six ou sept batailles, le barbare se rend à la raison.

C'est un exemple d'apprentissage social. A envisager en ce qui concerne Boris Johnson ? 

samedi 7 mai 2022

Troisième tour ?

Que vont donner les élections législatives ? me demandé-je, bien avant les péripéties de l'élection présidentielle. 

Rebondissement : je lisais que des candidats LR refusent le combat. 

Le député est l'âme de la démocratie. Il est nous, il est le représentant du peuple. Or, aujourd'hui, il n'est plus que le représentant du candidat qu'il sert. Il est M.Macron, Mélenchon ou Madame Le Pen. Il n'a plus aucune personnalité propre. Curieux renversement, dont la systémique a le secret. Voilà un changement dont on parle peu, malheureusement. 

Le problème, est-ce le troisième tour, ou le sens même de notre démocratie ?

L'étrange M.Johnson

Boris Johnson : ses collègues conservateurs se demandent s'ils doivent s'en débarrasser. Les actuelles élections locales devraient décider de son sort : est-il bon ou non pour leur carrière ? 

Qui est-il ? Quelqu'un de négligeant ? Ou plus que cela ? En particulier, pourquoi ne respecte-t-il pas l'accord du Brexit, ou, pire, les lois qu'il promulgue ?

Et s'il considérait que les contrats sont le contraire de ce que nous croyons ? C'est-à-dire un moyen de piéger celui qui le signe, en lui faisant croire que "my word is my bond" ? Arme de manipulation massive ? 

vendredi 6 mai 2022

Science et complexité

"Comment une pandémie a changé le monde, et comment éviter la prochaine". Une conseillère scientifique de la ministre n°1 (traduction de "first minister") de l'Ecosse produit une émission pour la BBC. 

Tout ce qu'a fait l'Angleterre est mal (ou presque), au contraire de ce qu'a fait l'Ecosse. Une fois le vaccin au point tout fut fini. Vive la science ! Aurait-on changé l'impartiale BBC ?

Systématiquement, j'entends : "j'ai attrapé le Covid, et pourtant j'étais vacciné". Trois de mes proches ont arrêté leur vaccination après de violents effets secondaires. Il est maintenant avéré que le vaccin Oxford / Axa Zeneca peut produire des thromboses... Si j'ai écouté cette émission, c'est parce que je croyais que l'on m'expliquerait ce que la "science" avait à dire de ces questions. 

Quant à la "science" de l'émission, si j'en crois ce que je lis ailleurs, ce sont les forces du marché qui nous ont soignés, selon leur bon plaisir. Les vaccins ne rapportant rien, ils n'intéressent plus la recherche, privée. Si l'on en a eus, cette fois, c'est parce que certaines start up ont pensé qu'elles pouvaient sauver une technologie qui avait échoué ailleurs (le cancer). Opportunisme. La véritable recherche est publique. C'est la société qui veut soigner la société. 

Illustration des travaux du psychologue Adam Grant. Une argumentation de type "blanc ou noir" braque celui qui doute, et renforce l'opposant dans ses certitudes ! Ce qui peut le faire changer d'avis, paradoxalement, est de lui montrer la complexité de la question. A quel point, moi, et lui, en savons peu... 

Le blog de l'imposteur

Je souffre du syndrome de l'imposteur, ai-je lu dans un livre de psychologie. 

Effectivement, il m'a fallu bien plus de 40 ans pour comprendre que ce que me disaient mes professeurs était probablement vrai. D'ailleurs, je n'ai pas constaté qu'ils avaient raison, mais, seulement, qu'ils étaient mieux placés que moi pour me juger. Illumination. Mais tardive. 

Comme souvent, il s'agit d'un problème complexe, au sens de la théorie de la complexité. 

Car, je suis un complexé sûr de soi. A presqu'aucune exception près, je n'ai eu de considération pour mes enseignants. (Ceux des grandes écoles étant le pire de tout.) J'ai pensé que mon jugement était meilleur que le leur. Et je voyais bien qu'il y avait des choses qui n'allaient pas chez moi. 

Et c'est là que survient la complexité. Car, on dit au complexé : tu n'as pas de raison de douter de toi. Or, il faudrait lui dire : il n'y a que quelque-chose qui bloque : trouve-le et l'avenir est à toi !

(Mais la complexité ne s'arrête pas là. Le livre dit qu'il y a de avantages à se croire un imposteur. Mais, cela, c'est une autre histoire.)

Sherlock Eastwood

Watson, vous allez représenter le peuple, et moi le juge. Ce qu'il y a de curieux chez Sherlock Holmes c'est à quel point il est fréquent qu'il rende la justice, en s'en passant. C'est un précurseur anglais des films de Clint Eastwood. 

Il est vrai qu'il a un avantage sur nous, et sur la justice : il est infaillible. 

Et cela explique probablement pourquoi il y a une justice : le jugement de l'individu, seul, présente des biais. 

Mais aussi pourquoi nous devrions travailler à améliorer la justice : elle ne nous donne pas le sentiment d'être efficace.

jeudi 5 mai 2022

Le mal de l'Occident

Aurions-nous eu la prospérité d'après guerre sans l'URSS ? 

Dès qu'elle s'est effondrée, l'Occident s'est déchiré. Ses oligarques s'en sont pris à son peuple. Grâce à M.Poutine, et à la menace chinoise, ils redécouvrent la solidarité. Et la gauche le socialisme. 

Vive la Corée du Nord ? Notre bonheur est au prix du sacrifice de sa population ? 

Et si l'on cherchait d'autres moyens d'auto contrôle que la peur ?

Sherlock Holmes

J'écoute Sherlock Holmes. BBC4 extra a toute une collection d'épisodes de ses aventures, dont certains ont été enregistrés après guerre. 

Je n'ai jamais goûté les romans de Conan Doyle, que je trouve mal écrits, mais j'aime bien ces nouvelles, car elles ne parlent que de ce qui importe : l'énigme. 

En me renseignant sur lui, d'ailleurs, j'ai découvert qu'il s'était inspiré d'une personne réelle. (Et que son nom de famille était "Doyle".)

Ce genre d'histoire est un exercice de phénoménologie. L'intelligence collective donne une première interprétation d'un ensemble de faits. L'enquêteur discerne ses "biais de jugement", nos paresses intellectuelles coupables, et, de proche en proche, reconstitue une "autre" réalité. 

Un exercice à enseigner aux enfants ? 

mercredi 4 mai 2022

Italocratie

Les Français sont des veaux, aurait répété de Gaulle. Aime et fais ce que tu veux, répond Saint Augustin. 

Car comment peux-tu correctement gouverner des gens que tu n'aimes pas ? Ce qui est simple bon sens, quand on y réfléchit un rien. 

C'est aussi ce que dit le dieu des Juifs : je vous ai élus pour que vous me serviez. 

Bien sûr, de Gaulle était la règle et pas l'exception. Il en résulte la façon dont le pays est gouverné. On appelle cela, généralement, "populisme" ? Ou italocratie, d'italos, veau ?

Elitisme de l'homme ordinaire ?

L'école sélectionne ceux qui peuvent penser. Elle les appelle "élite", et leur donne le pouvoir. 

Résultat ? Citez un bon président.

Et si l'on pensait notre société pour qu'elle puisse être dirigée par le type de président dont nous disposons ? 

On apporterait tout notre soin à la formation de l'individu, à vous et à moi. Et peut-être aussi à la structure sociale. 

(Inspirons-nous de l'armée romaine : elle surclassait tellement sa concurrence qu'elle pouvait gagner une bataille avec, à sa tête, n'importe quel sénateur ?)

mardi 3 mai 2022

Moment France Télécom ?

Au début des années 2000, l'équipe qui dirigeait France Télécom semble avoir été convaincue que son mal venait de ses personnels. Il fallait en réduire le nombre. 

L'idée était curieuse, puisque France Télécom venait d'hériter de 70md€ de dettes de son ancien dirigeant. La question des personnels n'aurait pas dû lui sauter à l'esprit. 

Surtout, c'était l'époque du GAFA. L'innovation créait des entreprises comme Apple, qui valent des milliers de milliards, 100 fois la capitalisation d'Orange ! (Cette capitalisation représente 40% de ses dettes d'hier...)

Et si c'était le mal actuel de la France ? Obsession des retraites, des dépenses publiques... Vouloir réduire des dettes, alors qu'il faudrait augmenter les revenus ? 

Union européenne : avis de tempête ?

La guerre en Ukraine a un curieux effet. Il semblerait que les sanctions occidentales n'affectent que l'Europe de l'Ouest. La Russie aurait prévu l'offensive, la Chine récupère du business, ce qui est probablement aussi le cas des USA. 

En fait, à terme, ce pourrait être bon pour l'Europe. Car, elle paie ses errements. Elle doit reconstruire sa "souveraineté". Et c'est l'occasion de le faire et de redonner à ses peuples des emplois dignes d'eux. 

Seulement, le chemin va être difficile. Car elle risque de souffrir. Et, il deviendra évident que ceux qui souffrent le plus sont les dindons de la farce. Tiendront-ils ou céderont-ils à la tentation d'une solution de facilité qui serait pire que le mal ? 

Pour être convaincant, il ne faut pas être convaincu

Pourquoi y a-t-il des résistants, aux vaccins, au réchauffement climatique, ou autre ? Voilà ce que se demande beaucoup de monde. 

Comme on le disait en 68 : "d'où parles-tu ?". La réponse semble être que l'on se méfie des gens convaincus.  On ne peut en attendre aucune objectivité. 

Alors, y a-t-il un moyen d'amener l'autre à changer d'opinion ? Au moins une condition nécessaire : ne pas être convaincu. C'est-à-dire, penser qu'il peut nous apporter quelque-chose. C'est en cherchant ensemble que l'on peut parvenir à trouver ce que ni l'un ni l'autre ne savait. Aucune chance que l'autre change, si l'on ne veut pas changer !

lundi 2 mai 2022

Consécration ?

M.Mélenchon est devenu le leader de la gauche. 

Il a fait le même coup que Mme Le Pen. La gauche a abandonné le socialisme. Il l'a récupéré. Et elle est obligée de s'aligner derrière lui. Qui va à la chasse perd sa place. 

Même si je le connais peu, cela semble confirmer une de mes intuitions. M.Mélenchon est un Trotskyste. Et le Trotskyste est un ultra-libéral de gauche. Un individualiste forcené. Il ne craint rien tant que l'emprise de l'Etat. D'ailleurs, beaucoup de trotskystes ont basculé dans le néo libéralisme. 

Et c'est pour cela qu'il ne peut pas y avoir de parti trotskyste. Car tout trotskyste est, par construction, un "chef". 

Bref, je pense que M.Mélenchon a toujours voulu être le "chef", mais n'a pas réussi à prendre la tête des socialistes. Alors, il a créé son mouvement. Et, ce fut long, mais il a gagné. Aurait-il inventé une nouvelle version, géniale ?, de "l'entrisme", la tactique du Trotskiste ?

Et il a adopté, je soupçonne, un positionnement qui est propre à la France : celui du conflit. C'est le paradoxe de Jaurès. Jaurès était modéré. Il avait vidé le Marxisme de sa substance. Et c'était un pacifiste, qui est mort pour la paix. Or, quand il a fallu unifier la gauche, il a cru que la violence populaire était légitime - contrairement à Clémenceau. C'est une solution de facilité. 

(Histoire des trotskistes : ici.)

Les soirées du hameau de Gogol


Cela parle d'Ukraine, et a été écrit par un Gogol de 22 ans. Une série de nouvelles. Des histoires de cosaques. Mais un cosaque paysan, truculent comme il se doit. Avec un curieux épisode romantique, voire gothique. Et une nouvelle parlant des risibles hobereaux de campagne.

Il serait intéressant de replacer ce texte dans les modes, russes et européennes, de l'époque. Il est possible que l'on y retrouverait celle du peuple, et peut-être quelque chose comme Bouvard et Pécuchet, la bêtise bourgeoise, un thème inépuisable pour l'intellectuel. 

Il est aussi possible que l'on ait beaucoup perdu dans la traduction. Car Gogol semble jouer sur le langage de ses personnages. Ce qui ne passe pas. 

Bref, à mon avis, de peu d'intérêt. 

dimanche 1 mai 2022

Libéralisme autoritaire

Avec M.Macron, les collectivités locales sont devenues totalement dépendantes de l'Etat. En effet, il leur a retiré leurs impôts sur les particuliers (taxe d'habitation) et sur les entreprises. Or, depuis longtemps, le souci de l'Etat est de leur couper les vivres. En effet, l'Etat les considère comme la cause des dettes du pays. Ce qui explique que les élus locaux craignent M.Macron, et que la province vote Le Pen ? Dangereux aveuglement, à un moment où M.Macron est passé aussi près d'un échec ?

M.Macron serait-il fils de Margaret Thatcher ? Pour comprendre ce qu'est le libéralisme, il faut en saisir le principe. Celui-ci est qu'il n'y a que des "individus". "La société n'existe pas" a dit Margaret Thatcher. De ce fait la politique libérale fait sauter le lien social. C'est une forme d'anarchie. Seulement, dans un monde complexe, le résultat est l'envers de l'intention. Et c'est là que cela devient intéressant, au moins pour ce blog. 

Dans un premier temps, le libéral détruit tous les "corps intermédiaires", chambres de commerce, corps de l'Etat et autres. Normal. Plus surprenant est le sort de l'Education nationale, du système de santé, ou de la SNCF. Car la doctrine du libéral est le laisser faire. Si bien que toute l'infrastructure étatique a été prise en main par des "intérêts spéciaux", plus ou moins farfelus. Conséquence imprévue. 

A ce que cela ne tienne, répond le libéral. On va en faire des entreprises ! Car une autre caractéristique du libéralisme est qu'il est économique. C'est l'économie de marché qui est supposée réglementer l'individu. Seulement, l'entreprise vit de "coups", qui peuvent lui être fatals. C'est ainsi que France Télécom s'est trouvée criblée de 70m€ de dettes au début des années 2000. Or, qu'un service public puisse disparaître, c'est interdit. 

Mais M.Macron a changé, dira-t-on. N'a-t-il pas réinjecté de l'argent dans nos hôpitaux ? Dans ce mode de pensée, il n'y a que l'argent qui compte. On ne comprend pas qu'il faut "entrer dans le système" pour trouver ce qui va le rendre efficace. Moins il est efficace, plus on lui donne de l'argent. Les dettes de l'Etat expliquées ?

Encore plus intéressant est l'enseignement tiré de l'expérience de Mme Thatcher. On a constaté que son régime était "léniniste". En effet, pour imposer en force ses réformes libérales, elle a dû construire un Etat autoritaire, rempli de fonctionnaires. Un Etat dysfonctionnel et coûteux qui croit que le mal vient de la société. 

Finalement, pourquoi la France est-elle incapable d'apprendre de Mme Thatcher ? Probablement parce que nous sommes dirigés par une caste qui vit entre soi, qui ne pense pas, et qui n'entend rien. C'est peut-être la cause des révolutions. Malheureusement, ce n'est pas ce dont nous avons besoin. 

(Biographie de Mme Thatcher et de ses fils : ici.)

Cours de physique de Feynman


Il y a très longtemps, j'ai acheté un tome des cours de physique de Richard Feynman. Amazon ne m'avait pas livré celui que j'avais demandé. Et, de toute manière, je n'avais pas eu le temps de le lire. 

Je l'ai redécouvert, à l'occasion d'une émission de la BBC. Qu'est-ce que j'observe ? Que c'est radicalement opposé à ce que l'on m'a enseigné. 

Les cours que j'ai reçus ne parlaient que de mathématiques. Certes il en est aussi question ici, mais ce n'est qu'un outil. Les belles théories bien propres ne sont que des approximations de phénomènes plus subtils. Et ce cours va bien plus loin que ce que l'on m'a dit. Il s'intéresse à des quantités de phénomènes. En fait, il cherche à expliquer. Pourquoi la lumière "ralentit" dans un matériau (ce qui produit les phénomènes de réfraction), pourquoi il s'en "perd", comment fonctionne un oeil... 

Cours pour praticien ? La physique y apparaît comme un bricolage habile. Un coup de mécanique quantique par ci, un coup d'oscillateur classique par là... Et c'est pour cela que le physicien, à l'image de Feynman, doit connaître toute la physique, et pas seulement sa spécialité ? Voilà pourquoi, aussi, il introduit si tôt des éléments de physique la plus avancée, quantique et relativiste, contrairement à ce que fait l'enseignement français ?

Et pourquoi, il me semble que Feynman cherche à développer l'intuition de l'élève ? Intuition qui lui permet de trouver "évidents" les phénomènes physiques ?

(Je suis surpris de la quantité de choses que l'on peut calculer. Mais, j'aimerais comparer les prévisions de ces équations avec la réalité. Car, comme en ce qui concerne les marées ou les arcs en ciel, la physique me semble permettre, justement, d'avoir une intuition des phénomènes naturels, sans pouvoir exactement les décrire. D'ailleurs, très vite, les modèles se complexifient étonnamment rapidement. Un coup d'amortissement par ci, une multiplication de fréquences de résonance par là...)

Ce que j'en retiens, finalement, c'est que j'apprends énormément ! Ce cours éclaire un nombre surprenant de questions de la vie courante. Par contraste l'enseignement français a fait de la physique un défi pour l'esprit. C'est peut-être pour cela qu'il nous a dégoûtés de la science. 

samedi 30 avril 2022

Vérité et démocratie

Les expatriés qui vivent en Russie diraient que la vie y est belle. Jamais apparemment, il n'aurait été aussi agréable d'y faire des affaires. On est payé rubis sur l'ongle. Par ailleurs, la Chine remplace avantageusement, et discrètement, l'Occident. Et la population est massivement derrière M.Poutine. 

Est-ce ce que l'on nous raconte ? Si je tends l'oreille, oui. J'ai lu que M.Poutine se préparait depuis longtemps (2014 ?) à des sanctions. Et qu'il avait pris des mesures efficaces. J'entends aussi la BBC interviewer des Ukrainiens qui expliquent que leur famille russe ne veut pas croire ce qu'ils disent. On sait aussi que les affaires avec la Russie continuent à être au beau fixe (quand elles parviennent à être menées avec discrétion), le gaz allemand en est l'exemple même.

Maintenant n'y a-t-il pas de guerre en Ukraine, comme le prétendent certaines personnes que j'ai rencontrées ? Pure manipulation ? Il y a des millions d'émigrés et l'armée russe subit des revers : c'est le signal qu'elle attaque un peuple. 

Quant au peuple russe, il peut être manipulé, ou, tout simplement, approuver l'écrasement de l'Ukraine. Ce ne serait pas une première dans l'histoire. Toutes les guerres ont été de glorieux crimes contre l'humanité. L'empire russe est de retour ! 

Le problème, dans cette histoire, est que nous ne savons plus qui croire. Car, si nous ne faisons pas un minimum de travail de recherche, l'information que nous recevons nous amène à des conclusions erronées. Et cela, c'est incompatible avec la démocratie. Quand on se méfie de la parole officielle, on en vient à croire les théories les plus farfelues. C'est peut-être pour cela que la "vérité" a été le combat de l'affaire Dreyfus. Pas de démocratie sans vérité ? 

Rhume

Le rhume a des centaines de causes. En effet, ce que l'on appelle "rhume" est un ensemble de symptômes. Grippe ou covid peuvent se manifester chez certains comme des rhumes. 

Voilà ce que disait une émission de la BBC. 

Si l'on traite les symptômes du rhume, ce serait parce que le système immunitaire "sur réagirait". 

Laisser faire la nature serait-il une mauvaise idée ? 

vendredi 29 avril 2022

Les bienfaits de la société ?

Apparemment le confinement, et la privation d'école, aurait fait beaucoup de dommages aux jeunes enfants. J'entendais aussi dire que cela avait été le cas pour les personnes très âgées. Voilà qui n'était pas prévu par les modèles mathématiques des autorités scientifiques qui ont réglé notre vie pendant l'épidémie. 

Y aurait-il un bienfait, simplement, à vivre en société ? Il est vrai que la médecine chinoise semble n'être qu'une médecine de la relation à l'autre : si je vais mal, c'est que mes rapports à la société ne sont pas bons. Mais est-ce que le besoin de société irait plus loin que cela ? Besoin de sentir la pulsation de la foule, du monde ? Leur mouvement nous transmettrait-il une partie de notre énergie ? 

Et pourtant, il y a de grands solitaires, des coureurs des bois... Peut-être, alors, que nous avons besoin, plus généralement, de la stimulation d'un "environnement" stimulant, forêt ou foule ? Besoin anti libéral ?

Histoire du mythe

Le mythe serait une explication du changement, disait Carbone 14. (France Culture.) 

Le propre de l'homme semble d'avoir besoin d'expliquer. 

L'émission disait que le mythe était partout. Ce qui semble signifier qu'il ne connaît pas d'évolution. Tout est relatif. 

J'en doute. Le mythe initial semble avoir été un stabilisateur de la société. Il lui évite l'absurde. Mais les mythes grecs ont aussi un sens pour nous. Le mythe de Sisyphe, par exemple, est une métaphore de la vie. Et, dernière étape, la science, qui est une forme de mythe, permet l'action. 

jeudi 28 avril 2022

Complot et lion

Il y a quelque-chose de curieux dans la théorie du complot. Elle est aussi vieille que le monde. Pourquoi, soudainement, en fait-on tout un plat ? C'est comme si l'on accusait un lion d'être un carnassier. 

Or, quand on y réfléchit un peu, le fait que le lion soit carnassier nous a donné une excuse pour le tuer. N'y aurait-il pas quelque-chose de similaire avec le complot ?

Pas tout à fait. Quand on attaque le lion, il se défend, ce qui nous permet de le tuer. L'homme aussi se défend, mais on n'a pas le droit de le tuer. Explication de la situation actuelle ? 

Et si renoncer à détruire les lions nous apprenait à vivre en paix avec les hommes ?

Vert allemand

Qui l'eut dit ? Qui l'eut cru ? Le Vert allemand est le champion de la libération de l'Ukraine. 

Grand théorème du changement et de l'anti déterminisme : c'est la crise qui révèle la nature de l'homme ? Et la nature du Vert allemand n'est pas celle que l'on croyait ? 

Question : quelle est celle du Vert français ? En tous cas, soit il n'a pas été touché par la crise, soit le Vert est vide ?

(Politico Allemagne : "GREENS ON THE RISE AGAIN: Seven months after a botched general election (...) the party seems to have found a new role as the über-hawks in Scholz’s coalition government. While Scholz is still hesitant to send tanks to Ukraine, it’s the Greens, out of all parties, that are pushing the strongest to extend Germany’s military help to Kyiv. 

Coming a long way: The Greens’ embrace of military power to fight Russia marks another chapter in a decades-long journey away from the pacifism that was once a central part of their identity. Remarkably, even Anton Hofreiter, the leading politician of the party’s traditionally more pacifistic left wing, not only supports supplying Ukraine with heavier weapons but is actually the strongest proponent of such a move. 

It plays well in the polls: Not only have the Greens’ Vice Chancellor Robert Habeck and Baerbock, now foreign minister, managed to become the most popular politicians in Germany, but the party’s popularity has also increased in nationwide polls.")  

mercredi 27 avril 2022

M.Macron et l'Europe

L'élection de M.Macron a été un soulagement pour l'Europe. Mme Le Pen aurait été la fin de l'Union européenne, et la désagrégation du front occidental. Une victoire inespérée pour M.Poutine, dans une guerre que ses armées sont en train de perdre. Voilà ce que je comprends en lisant Politico.eu.

Le pouvoir allemand étant faible, la France est le leader naturel de l'Union. 

Pour la première fois en 5ème République, nous avons un président qui n'est pas considéré avec malaise par ses collègues étrangers. Mais M.Macron demeure très français. "Haughty" (hautain) et, surtout, on soupçonne qu'il considère que l'Europe, c'est la France. (Ce que l'on disait déjà des colonies françaises : ce n'était pas des colonies, mais la France.) Paradoxalement, alors que M.Macron est peu populaire chez nous, il fait une politique, en Europe, dont nous devrions être fiers ! 

Et il se heurte aux pays du nord, curieux mélange d'ultra libéralisme et d'ultra socialisme, et à la perfide Albion, qui joue habilement de la guerre ukrainienne pour acquérir l'amitié des pays de l'est. (Curieusement, Albion et la Russie utilisent le même type de tactique.)

L'optimisme de M.Macron a le grand avantage de lui éviter l'impuissance du cynique ?

Politique et ordre public

L'ordre public était ce que faisait respecter la police de l'Ancien Régime, ai-je lu quelque-part. 

A y bien réfléchir, c'est peut-être aussi l'obsession des régimes dits "autoritaires". 

Quel en est l'intérêt ? Nos débats politiques tendent à être des "plans sur la comète". Principes idéaux, nobles idées. Mais on n'en mesure pas les conséquences. On ne fait pas "d'étude d'impact". On ne tient pas compte de ce que la systémique nomme "énantiodromie" : le fait que l'utopie donne son contraire. 

En fait, par certains côtés, c'est le "principe de précaution", si difficile à utiliser, voire la RSE.

Toute la complication du politique est de trouver le juste milieu entre un conservatisme inadapté au changement, et le délire destructif de l'utopie. 

mardi 26 avril 2022

Elon Musk et twitter

M.Musk achète twitter. Qui est Elon Musk ? Le gourou d'une secte. Acheter ses voitures, d'ailleurs, est un acte de foi. C'est croire dans le pouvoir du marché, et celui du surhomme. Un libertaire, un anarchiste d'extrême droite ? Ce qui compte est qu'il est bon pour les affaires. 

Mais c'est plus que cela. Dans son étude de la spéculation des années 20, le professeur Galbraith explique que Goldman Sachs donnait le signal des nouvelles bulles spéculatives. Il semble qu'il en soit de même avec Elon Musk. A chaque fois qu'il s'intéresse à quelque chose, l'investisseur voit le moyen de faire un "coup spéculatif". Ce qui est encore meilleur pour les affaires. 

A quoi tout cela tient-il, cependant ? Apparemment, M.Musk est l'opposé de la "cancel culture". Il est liberté de parole absolue. Or comme l'observe Aristote, les excès sont des maux. L'excès de liberté sera-t-il bon pour Twitter ? 

Compréhension et déterminisme

Hasard des rangements. Je découvre un recueil de textes pour cours de philosophie publié en 1970. On y trouve des extraits d'oeuvres de philosophes, et des sujets de réflexion du temps. Je m'attendais à retrouver les idées de 68, mais il y est surtout beaucoup question de science. Eh oui, le progrès triomphait en ces temps là ! Et on lisait ce qu'écrivait Einstein et ses comparses. 

Cela m'a rappelé, surtout, que les scientifiques sont, génétiquement, déterministes. Ils pensent que l'avenir est écrit. Ils rejoignent la religion. Eux aussi ont un "grand horloger". 

Erreur de raisonnement ? La notion de "changement" leur serait-elle étrangère ? Le monde pourrait évoluer, en passant d'état, compréhensible par le scientifique, à un état, tout aussi compréhensible, mais sans que le scientifique puisse déduire l'un de l'autre. 

Qui peut prévoir le caractère des enfants, leur aspect physique ? Et pourtant, une fois qu'ils sont là, ils ont tous les traits de la famille. Il est inconcevable qu'ils puissent être autrement qu'ils ne sont. C'est comme un jeu de cartes : il y a beaucoup de combinaisons, mais c'est toujours le même jeu. Quant au choix, il est aléatoire. 

Compréhensible, mais imprévisible. C'est tout ce qu'il nous faut pour être libres, et heureux ?

lundi 25 avril 2022

Triste Afghanistan

Apparemment, la vie ne serait pas facile en Afghanistan. D'autant que le pouvoir en place serait à son tour attaqué de partout. J'ai même entendu dire que ce pourrait être un nouveau nid d'aigle de l'Etat islamique. Situation compliquée. 

En tous cas, on dit beaucoup de mal de l'Occident, mais il a au moins un talent : il a la capacité d'apporter une forme de prospérité, et de paix. 

Apprendra-t-on un jour à le reconnaître, et à s'en servir intelligemment ? 

Le biais du biais

L'homme n'est pas rationnel. Sujet de recherche des années 80. Puis mode de management. Génération spontanée des spécialistes des "biais de jugement". Ils gagnent leur vie en nous faisant la leçon. 

Tout cela est basé sur des expériences. On met des gens dans un laboratoire, généralement des étudiants, puisqu'on n'a pas à les payer, et on les soumet à des tests. Et on constate que, rarement, ils font ce qu'ils devraient faire. On a démontré le biais. 

Seulement, on a commis quelques erreurs. D'une part, le laboratoire n'est pas la nature. Les circonstances n'y sont pas les mêmes que celles de notre vie. D'autre part, on ne prend pas en compte le temps. "L'erreur est humaine, persévérer est diabolique" : l'homme apprend de ses erreurs. L'homme change. 

Biais de jugement du scientifique ? 

Paresse et chômage

J'entends dire que peu de gens veulent travailler. On me cite des exemples. 

Mais, en même temps, je constate un phénomène curieux : la "pénurie RH" fait que l'on forme de plus en plus des gens à faire un emploi qu'ils n'avaient pas été formés pour faire, et, là, c'est le succès. (D'ailleurs, apparemment, celui qui fournirait une formation de ce type serait rémunéré par l'Etat.) 

Qu'en déduire ? Que l'Education nationale nous forme à faire ce que nous ne voulons pas faire ?... 

dimanche 24 avril 2022

Perfide Albion

Je lisais que Boris Johnson va dénoncer ses engagements concernant l'Irlande. En pleine crise ukrainienne, bravo ?

Voilà qui nous rappelle que le propre de l'Occident est qu'il ne faut jamais tourner le dos à vos amis, ils ne pourraient pas résister à la tentation d'y planter un couteau ? 

En tous cas, inflation galopante, tanks russes ou invasion de Taiwan, ou autre, nous entrons dans des temps d'incertitude et nous préparons des moments difficiles. Espérons que le pays restera manœuvrable, et que ses citoyens sauront voir au delà de leurs malheurs personnels, que l'intérêt général est dans leur interêt particulier... Contrairement à M.Johnson ?

(La BBC interviewait l'autre jour un économiste qui lui expliquait que l'UE allait souffrir bien plus que l'Angleterre : faut-il penser, avec mon mauvais esprit, que les Anglais ont trouvé le moyen de bien moins subir les sanctions contre les Russes que l'UE ?)

Préjugé

Les mésaventures de MMme Hidalgo et Pécresse montrent que la femme en politique se heurte à un biais culturel, lisais-je. 

Et Mme Le Pen, c'est un homme ? Un homme aurait-il fait mieux qu'elle s'il avait été à sa place ? 

Et M.Macron. Imaginons qu'il soit une femme. Quelle serait sa cote de popularité ?

Je me souviens d'un débat de France Culture concernant une femme dirigeante, qui avait perdu son poste. Victime de discrimination ? demandait un journaliste. Une universitaire répondait : on lui a pardonné beaucoup plus d'erreurs qu'on ne l'aurait fait pour un homme. Il n'aurait pas duré aussi longtemps.

Méfions-nous de nos biais de jugement ? 

samedi 23 avril 2022

Génération espoir ?

Je mène actuellement une étude sur les start up industrielles. Ce que j'observe :

Aspiration à un « monde meilleur ». Beaucoup d’entrepreneurs, pas tous jeunes, ont décidé de donner un sens à leur vie, en ayant un « impact » sur l’évolution du monde. 

Ils semblent avoir une démarche systématique qui consiste à attaquer un à un ce qui fait notre vie, et à se demander comment le rendre vertueux. Même si l'argent est le dernier de leurs soucis, s'ils réussissent, ils seront, du fait de l'ampleur des sujets qu'ils attaquent, le GAFA de demain. 

Ils sont l'envers de nos chefs d'entreprise traditionnels : ils sont la génération "start up" et réseaux sociaux, ils communiquent bien, maîtrisent les outils du management, cherchent des fonds... Mais, il leur manque aussi ce qui fait la force de l'entreprise traditionnelle : son savoir-faire, mais aussi sa résilience. 

Leur action révèle un phénomène surprenant : ils se heurtent à des institutions, publiques et privées, qui ont une guerre de retard.  

Génération espoir ? On me décrit les jeunes comme ayant envie d'apprendre et de mener une vie qui a du sens,  "un meilleur monde pour tout le monde", comme je le disais plus haut, mais surtout, ce qui est surprenant pour notre culture, comme la génération de l'entraide. 

(à suivre.)

Le doigt et la lune

Le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt, dit-on. 

J'ai l'impression que nous sommes tous idiots, et que c'est la société, dans sa globalité, qui est le sage. En effet, nous ne voyons chez l'autre que ses ridicules, sans comprendre le sens réel de ses paroles. 

Exemple ? La théorie de la complexité dit que les voies de la complexité sont imprévisibles. Mais un monde complexe n'est pas incompréhensible. Une fois qu'il a trouvé une organisation, ses règles nous semblent parfaitement logiques. Or, on dit la même chose des voix du Seigneur. Et s'il y avait, dans ces explications, religieuse et scientifique, deux interprétations du même phénomène ? 

Justement, le propre de l'homme est de modéliser. Il a besoin d'expliquer la complexité. (C'est utile, mais surtout, cela lui donne la fausse impression qu'il la maîtrise ?) Il le fait, à chaque fois, avec son vocabulaire du moment. 

vendredi 22 avril 2022

De sixième en troisième

Le général de Gaulle a constaté que la 3ème République était faible. D'ailleurs, n'avait-elle pas appelé un homme fort pour la tirer de troubles qu'elle n'avait pas le courage d'affronter ? Il lui a substitué un régime monarchique. Celui-ci a été immédiatement disloqué en bipartisme anglo-saxon (qu'il abhorrait), bipartisme, qui a lui même explosé. 

Aristote disait qu'une constitution devait être adaptée à la nature d'une société. Et si la nature de la nôtre était celle de la IIIème République : le gouvernement du peuple, par le peuple ? 

En tous cas, une loi quasi certaine de notre nature est que les principes sont bons, mais que la mise en oeuvre pèche...

Et si, au lieu de rêver à une 6ème République, il fallait chercher ce qui n'a pas marché dans la 3ème ?

Carbone 14

Carbone 14, émission d'archéologie de France Culture. 

Je l'écoute depuis ses débuts, probablement. Et ce parce que je lui trouve le mérite d'être paisible. On n'y donne pas de leçons de vie. 

Qu'ai-je appris ? Demain, mon habitat aura autant d'intérêt qu'un campement du néolithique. Que cela date d'un million d'années ou de vingt ans, tout est archéologique. L'homme ayant parcouru le monde, ce dernier est intégralement un terrain de fouille !

Que faire de toute cette information ? Quel est son intérêt ? Sombre-t-on dans le délire ? 

Peut-être est-ce un sain exercice pour ceux qui le font ? Peut-être est-il meilleur pour la santé de s'interroger que d'asséner des certitudes ?...

jeudi 21 avril 2022

Individualisme et raison

J'ai découvert la "raison" en lisant l'histoire des Lumières. En ces temps on rêvait à un monde de raison. Depuis elle est passée de mode. On ne sait même plus ce qu'elle signifie. 

Au fond, la raison marche bien. Ce blog constatait que ce qui se disait était idiot, et, effectivement, on s'en rend compte aujourd'hui. 

Malheureusement, la raison n'intéresse pas notre société. Depuis l'après guerre, on parle de post modernisme. L'intellectuel, qui aurait dû être la raison incarnée, a suivi les théories d'un certain Edouard Saïd, lui même inspiré par un certain Gramsci. Il fallait détourner la raison, pour conduire le changement. Ce qui a produit un phénomène curieux : la parole d'autorité est désormais celle du charlatan. 

En fait, la raison est peut-être le propre de l'Occident, individualiste. En effet, l'individu en suivant son intérêt, comme nos intellectuels, produit des désastres. Il a besoin d'un contre-poids que ne lui donne pas la pression sociale : la raison. 

Les Lumières constataient qu'une ère de raison, celle des Grecs, avait été suivie d'âges de ténèbres. Elles pensaient que, cette fois, la lumière nous éclairait définitivement. Malheureusement, elles n'avaient pas prévu de mécanisme raisonnable d'apprentissage de la raison. Et que l'apprentissage par défaut soit la crise, et, peut-être, les ténèbres... 

L'élite est-elle bête ?

Pourquoi appelons nous élite notre élite ? me demandait un commerçant. 

Je soupçonne que ce qui nous fait douter de son intelligence est qu'elle ne l'utilise pas. Elle croit que ses études lui ont donné une sorte de "licence to kill". Tout ce qu'elle pense est génial. Ce que confirme que nous la trouvions trivialement idiote : comment pourrions nous le comprendre ? 

Tout changerait certainement si elle faisait ce pour quoi elle a été sélectionnée : résoudre nos problèmes.

(L'y amener est ce qu'Elinor Ostrom a appelé la "gestion des communs". C'est notre mission à tous.)

mercredi 20 avril 2022

Candidate normale

Après avoir été le diable, Madame Le Pen est devenue une candidate "normale". Désormais, les journaux comparent son programme à celui de M.Macron, à la façon de 60 millions de consommateurs. 

Or, ce n'est pas cela qu'attendent ses soutiens les plus anciens, et les plus actifs. Ils veulent qu'elle se comporte comme MM.Orban, Putin ou Erdogan. Ce que la démocratie réprouve.  

Il n'y a pas de certitude absolue qu'elle le fasse, bien sûr, mais la probabilité est non négligeable. Veut-on prendre ce risque ? Il est curieux qu'il n'y ait pas de débat sur ce sujet.

D'ailleurs, où sont les grands combattants de la liberté d'hier ? 

Sont-ils prêts à faire leur soumission, comme la SFIO en 40, ou jugent-ils que leur action pourrait être contre-productive ? 

(Dans tous les cas, si M.Macron survit à l'élection, il aura prouvé qu'il était le seul à tenir tête à l'extrême droite. Cela risque d'être un coup fatal porté à ce que la classe politique conservait de dignité.) 

Incohérence et raison

Pourquoi la gauche, qui avait été la promotrice de l'union libre s'est-elle mise à défendre le mariage (pour tous) ? ai-je demandé, un jour, à un homme de gauche. Il a été surpris. Pas de réponse.

En fait, disent Edgar Schein et quelques-autres, ces incohérences sont riches d'enseignements. Elles montrent que nous obéissons à des règles inconscientes. Les trouver permet de savoir comment "conduire le changement". Et éviter les crises. 

Esprits animaux

Présidentielles. Le débat devient illisible. Chaque candidat joue sur l'émotion. 

Ce qui est jouer avec le feu. Par exemple, on lit que M.Macron veut gommer son image néolibérale, susceptible d'amener la gauche à voter Le Pen, en se disant ultra écologiste, alors que ce genre de thèses ulcère une grande partie du pays... Mais, quand on est pris par surprise, il n'y a peut-être rien d'autre à faire. Il n'y a plus de temps pour la raison.

Au fond, M.Macron illustre un des sujets de ce blog : l'optimisme au sens de M.Seligman. Il est stimulé par l'adversité. Il doit se rêver en Zelinsky. 

Si bien qu'il a tendance à nous mettre systématiquement en danger ?

mardi 19 avril 2022

Dans la tête de Vladimir Poutine

La BBC poursuit son étude de Vladimir Poutine. 

Comme le dit ce blog, "j'ai toujours tort". J'avais entendu parler de ses tentatives de désinformation, d'anciens espions assassinés... Mais je ne savais pas toute l'histoire. Mme Clinton, à l'époque Obama, a probablement fait intervenir la CIA pour monter la société russe contre M.Poutine, qu'elle a qualifié de "nazi"... Il se vengerait, à la russe. Quant aux espions, ils avaient recommencé à espionner après s'être engagé à ne pas le faire. Dans ces milieux, la sanction de ce type d'agissement est la mort. 

M.Poutine répéterait qu'il ne faut jamais se montrer faible. Il se reproche peut-être de l'avoir été avec l'Occident. Il a essayé de s'en approcher. Mais il a été abusé. 

Il a peut-être aussi compris que l'Occident était le pire ennemi de l'Occident. Que ce que l'on appelle le "libéralisme" était son chant du cygne. Il dit que c'est un crime contre l'humanité (selon une autre émission de la BBC).

En tous cas, il semble se préparer une fin pitoyable. Il est possible qu'il soit malade. Son pays est faible. Il est conscient de ne pas avoir de successeur, et il est terriblement inquiet pour l'avenir de la Russie. 

Ce serait une triste histoire, s'il ne massacrait pas des êtres humains. 

Prolifération nucléaire

La France doit au nucléaire son indépendance énergétique, disait, l'autre jour, une femme politique anglaise. Elle comptait faire suivre notre exemple à son pays.

Alors que sa mort était imminente, le nucléaire a maintenant le vent en poupe. 

Ce qui montre que le courant écologiste tient probablement à très peu de choses. 

Seulement, il reste le danger du nucléaire. La guerre en Ukraine nous le rappelle : on a eu peur un moment que la centrale de Tchernobyl n'en soit une victime. Or, ce dont il est question maintenant, c'est d'une prolifération de petits réacteurs pas chers. Comme la centrale de Tchernobyl, à court ou long terme, ces réacteurs peuvent se retrouver entre des mains inexpertes. Dans ce domaine, ce n'est pas la malveillance qui est le danger le plus redoutable... 

(Les experts objecteront sûrement que ces petits réacteurs sont peu dangereux, ce à quoi je répondrai qu'entre les mains de l'homme, tout l'est.) 

Ce qui nous laisse devant un intéressant problème à un instant où l'humanité semble se disloquer : comment contrôler l'action de ses individus ?

Frexit

Hier matin, la BBC se demandait si Mme Le Pen amènerait le Frexit. 

Ceux de ses supporters dont j'entends parler aiment M.Poutine. Et cela depuis bien longtemps. Et si c'était aussi son cas ? La France ne soutient plus l'Ukraine, rompt son alignement sur l'Occident, est soumise à des sanctions, perd ses marchés extérieurs (ses anciens alliés seront trop contents de s'en emparer !), et sort de l'UE et de l'OTAN ? Et tout cela alors qu'elle est massivement endettée ?  Répétition de la débâcle de 40, dont me parlait encore, avec émotion, un Américain il n'y a pas si longtemps. Cette fois-ci, la France est définitivement un paria ? Et l'électeur qui se plaint de perte de pouvoir d'achat va sentir sa douleur ?

La particularité de la France est que, contrairement aux autres nations, elle cherche l'aide de l'ennemi. En 1814 et 1815, les coalisés nous ont donné un roi, qui vivait chez eux. En 70, une partie du pays s'est associée à l'envahisseur pour tuer l'autre. En 40, la France a vu dans l'Allemagne le salut contre elle-même, et, en 45, les USA lui ont imposé un nouveau régime. 

France indigne ? Pire ? Idiote ? Car M.Poutine et son Etat sont en fin de vie. Même le régime chinois est fragile. Le salut ne viendra pas de l'extérieur, mais de nous, et de notre camp. Mais cela demande un peu de courage ?

(PS. Voici ce que disait Politico.eu, le 20 avril, de l'enjeu de notre élection pour l'UE :

The stakes couldn’t be much higher. While Macron leads in opinion polls, Le Pen is by no means out of contention for the runoff vote this Sunday. It’s unclear how the EU would survive the mix of nationalist, pro-Russia policies she advocates for, or the toxic mistrust and xenophobia toward France’s closest partners she has already displayed during her campaign.

Policy summary: Le Pen wants France to leave NATO’s integrated military command; wants a rapprochement with Russia (from where she received a €9 million loan which her party still hasn’t fully repaid); and wants to enshrine the supremacy of French legislation over EU law.)

lundi 18 avril 2022

Facho Chirac

Facho Chirac. A force d'appeler tout le monde "facho", le terme a perdu sa signification, disait une émission de télé, vue par hasard. 

Crier au loup... 

Enseignement ? La démocratie, c'est la liberté, et la liberté permet l'irresponsabilité, ce qui détruit la démocratie. Pour être durable, la démocratie a besoin de mécanismes de rappel à l'ordre. 

Ceux-ci ne passent certainement pas par l'insulte, mais par la discussion. Et si lorsque l'on vous traite de "facho", on se demandait ce qui signifie ce terme ?

Science et rigueur scientifique

Le climat, c'est le chaos. Pour une raison inconnue, on peut avoir un coup de vent sibérien, comme l'année dernière, ou de la neige en avril, comme cette année. Et c'est ce qui fait que c'est un sujet passionnant à étudier. Le bonheur que procure la science, c'est l'émerveillement devant la complexité du monde !

Mais, aujourd'hui, cette idée est devenue suspecte. N'est-elle pas susceptible de faire douter du réchauffement climatique ? 

Raisonnement simpliste, qui a fait perdre toute crédibilité aux scientifiques. Pourquoi les croire, puisqu'ils sont partiaux ? 

Et voilà comment semer les graines du complotisme ?

dimanche 17 avril 2022

La fabrication de la France

Quels sont les événements qui ont fait la France ? C'est la question que s'est posée BBC 4. Elle retient trois moments critiques :

  • Jeanne d'Arc. La France aurait pu être anglaise. (Ou l'Angleterre, française : les deux camps étaient des frères ennemis et parlaient le français !) Et cela parce que, grand invariant, elle est victime de luttes intestines, entre Bourguignons et Armagnac, qu'exploitent les "Anglais". Mais le sort en décide autrement, et, alors, une autre série de circonstances fait que le pays devient, soudainement, grand et puissant. 
  • Robespierre. C'est la terreur, la révolution, habitude française, mais aussi l'universalisme. La France se convainquant qu'elle apporte la liberté au monde. Et la structure moderne de l'Etat français. 
  • Napoléon III. C'est la défaite de Sedan, la fin de la France puissance, et le début de 70 ans de guerres mondiales. Mais c'est aussi des réformes qui ont fait la France moderne et la réaction à la défaite : la 3ème République, le creuset de nos valeurs. 

L'homme, être de raison ?

Il m'a fallu quasiment toute une vie pour comprendre que ce que je disais n'était pas compris. Et pourtant, j'ai un pouvoir d'entraînement indéniable. D'où vient-il ? D'autre chose ! Peut-être d'une forme d'énergie. Du fait que "j'y crois"... 

D'une certaine façon, c'est le drame de la raison. Ce n'est pas la parole qui convainc. Mais, pas tout à fait : c'est elle qui me donne mon énergie. Et même si j'ai "toujours tort", lorsque j'arrive à une certitude, elle est solide. Et, elle résiste au temps. 

Emmanuel Macron et sa crash stratégie

M.Macron se veut l'ami de M.Poutine et de M.Trump, alors qu'il est, exactement, ce qu'ils exècrent : un libéral. 

On dit que M.Macron "aime les vieux". Explication crédible ?

Dans son programme de 2017, il disait vouloir réconcilier la France. Ce qu'il semble avoir voulu réconcilier, c'était son émerveillement pour le libéralisme, et les valeurs traditionnelles de la troisième république. 

Qu'est-ce qui tiendra le plus ? Sa volonté de réconciliation, ou sa certitude d'avoir raison ?

samedi 16 avril 2022

La révolution du bien être ?

La société PILI, c'est la réinvention de l'industrie du colorant, hautement chimique, polluante, consommatrice d'énergie. PILI utilise des processus similaires à ceux de la fermentation pour faire produire par des bactéries des colorants biodégradables. (Article.)

PILI est à l'image d'un mouvement souterrain de transformation de notre économie et de notre vie. La révolution du "bien être" ? 

Le plus étonnant dans ce changement, c'est la résistance qu'il rencontre de ceux dont la mission, et l'intérêt, serait de l'aider. Et ce qu'ils appartiennent au public ou au privé. Curieux phénomène, typiquement français. Il semble lié à notre incapacité endémique à la mise en oeuvre. Il n'y a pas de lien entre les beaux esprits qui semblent diriger notre pays et ceux qui le font marcher ?

Logos, principe de la démocratie ?

La vertu, principe de la démocratie, dit Montesquieu. Quand tout est permis, l'individu doit se comporter de manière responsable, puisque rien ne peut lui dicter sa conduite. Il doit avoir une conscience. Ce dont il peut se passer dans un autre type de régime. 

Et le "logos", parole et raison, n'est-il pas propre à la démocratie ? La démocratie c'est la "politique", de "polis", cité. Avant de respecter la loi, il faut la créer, et c'est l'affaire de tous les citoyens, la "politique". Et la politique est une question de parole et de raison. 

Certes. Mais où cela nous mène-t-il ?

  • Défaut de la démocratie : le "sophisme", détournement du logos. Originellement apprentissage du logos, il est devenu instantanément manipulation des esprits. Le sophisme est l'opium qu'utilise le virtuose de la raison pour exploiter le peuple. Il fait perdre le nord. Puis c'est la révolte, de celui qui se sent floué, sans avoir compris ce qui lui arrivait. 
  • Force de la démocratie : lorsqu'elle fonctionne correctement, elle est créative et enthousiasmante, et ses populations "vertueuses" mettent leur génie dans la réalisation d'un projet commun. Son atout face au régime autoritaire. 
  • Le bon réglage :
    • Eviter le virtuose de la raison, l'intellectuel. Attention à la division des tâches !
    • La "culture", ce qu'Aristote appelait "constitution" de la cité. Les principales règles auxquelles l'homme obéit sont inconscientes. Elles rendent une société résiliente ou non. Elles se constituent dans l'épreuve. (Qui ne tue pas renforce.) Il faut donc entendre "constitution" au sens "constitution (physique)" d'une personne, plutôt que "texte de lois". 
Conclusion inattendue : une démocratie a un besoin existentiel d'être en danger !

Effectivement, le danger est partout dans le discours politique. Particulièrement, justement, durant les périodes de prospérité, d'éloignement du danger réel. Car, ce danger "politique" est artificiel, déni de réalité, ruse du sophiste, détournement du logos. Et il conduit, en égarant les esprits, à la mettre dans un danger d'autant plus terrible, qu'elle s'est bercée d'illusions. 

Bref, la démocratie est peut-être le régime le mieux adapté au danger. Mais, seulement, si elle fait un bon usage du logos. Si elle parvient à maintenir le contact avec la réalité, menace et opportunité. 

Serait-ce cela la vertu, M.Montesquieu ?

vendredi 15 avril 2022

Léon Blum

La vie de Léon Blum, par France Culture, samedi dernier. 

Drôle d'homme. Il a été haï et avait tout pour être un bouc émissaire. C'est un grand bourgeois raffiné, haut fonctionnaire, qui représente le peuple ! Ce sont aussi des temps extrêmement violents. Il est victime d'une agression qui aurait bien pu lui coûter la vie. 

En fait, c'est un modéré et un prudent. Il s'oppose à Lénine. Et doit reconstruire un parti socialiste, qui n'est plus rien. En ces temps, c'est le parti communiste qui domine. (Je me demande même si les communistes n'ont pas récupéré Jaurès, qui était un modéré.) Or, en 36, c'est le parti socialiste qui gagne les élections. Mais, Blum décide de ne pas intervenir pendant la guerre d'Espagne, pour ne pas provoquer une guerre civile en France. 

En 40, on le croit en fuite aux USA, "avec sa vaisselle d'or". Mais il revient contester les pleins pouvoirs de Pétain. Il convainc le groupe socialiste de le suivre. Mais, le dit groupe est retourné en quelques heures. Il est sensible aux menaces et promesses de Laval. Félicitations. 

J'avais entendu l'histoire de son procès décidé par le Maréchal Pétain. Je savais que cela avait été une débâcle pour les accusateurs, à tel point que l'on avait dû y mettre un terme prématuré. Eh bien, Daladier et lui avaient été accusés d'être à l'origine de la défaite du pays. Or, ils ont montré que les décisions qui avaient causé cette défaite étaient antérieures. Et, celui qui les avait prises était Pétain...

(On entend souvent que le Maréchal Pétain était sénile, ce qui est une circonstance atténuante. Mais ses responsabilités semblent être allées bien au delà de son rôle durant la guerre.)

On parle peu de l'avant guerre. Période honteuse. C'est dommage, car il est possible qu'étudier le passé nous évite de répéter bien des erreurs. 

La sélection du bellâtre

La femelle préfère le virtuose, chez certains singes. Et le couple donne ensuite de magnifiques duos. J'ai entendu cela dans une émission de la BBC. (David Attenborough.) 

Cela contredit apparemment un courant scientifique puissant, qui veut que la sélection naturelle choisisse l'individu le plus résistant. 

(Bien sûr, l'a priori scientifique est non "falsifiable", donc non scientifique : on peut toujours dire que la puissance du chant traduit celle de l'individu.)

Mais n'en est-il pas de même chez les hommes ? La femelle choisit souvent le bellâtre, la star de la chanson, l'intellectuel évaporé, le beau parleur... L'esthétique, par ailleurs, joue un rôle colossal dans notre existence et dans la sélection "naturelle". Et l'esthétique est tout sauf ce que l'on appelle "rationnel". 

Et si c'était cela la réelle marche de la dite sélection naturelle ? Un hasard qui fait émerger des formes d'organisation nouvelles ? Organisations qui tiennent ou non, par miracle ? Meilleure garantie de résilience qu'un déterminisme rationaliste, fragile comme tout ce qui est prévisible ? 

L'esthétique, sorte de hasard total dissimulé sous une apparence raisonnable, serait-il une ruse de la sélection naturelle ?...

Qui va à la chasse ?

M.Macron, le neo libéralisme, Mme Le Pen, le socialisme. Voilà le choix que nous avons.  (Article.) A quoi il faut ajouter, pour cette dernière, ceux qui apprécient sa réputation "diabolique". 

Mme Le Pen occupe la place de l'UMPS. 

Nos politiciens traditionnels ont lâché la proie pour l'ombre... Etrange histoire.