jeudi 21 janvier 2021

Dangereux vaccin ?

On aurait pu craindre que les autorités craignent d'affoler les populations. Apparemment, ce n'est pas le cas. On nous parle des morts de la vaccination anti coronavirus. Qu'en sait-on (article) ?

  • Qu'il y a des effets indésirables, pour tout le monde. Mais qui seraient similaires à ceux qui se manifesteraient pour d'autres vaccins. 
  • Qu'il y a des morts après administration, mais sans que l'on sache s'il y a un lien entre les deux. On a injecté le vaccin à des personnes fragiles, par conséquent elles avaient des risques forts de décès ; et un effet désagréable pour une personne solide peut être mortel pour quelqu'un qui ne l'est pas. On apprend aussi que les personnes qui ont été vaccinées pendant les tests avaient une cinquantaine d'années. 
  • Qu'en ce qui concerne les effets secondaires, on soupçonne les "adjuvants". Notamment des nanoparticules qui protègent "l'ARN messager". 
Conclusion ? Comme on le dit depuis quelques mois, la dernière phase de test se fait "en grandeur réelle". 

Le grand public découvre, à cette occasion, ce qu'est un vaccin moderne. 

Cela met "l'assisté" d'après guerre devant un problème pour lequel on ne l'avait pas préparé. Est-ce que je risque ma vie en me faisant vacciner ? Le taux de décès est très faible. Cependant, c'est aussi le cas pour la maladie. On peut se demander si ces taux sont dépendants ou non (c'est-à-dire, si les morts après vaccin seraient morts sans vaccin, ou non). En tout cas, il y a risque, mais pas un gros risque ? C'est la vie ?

Une raison supplémentaire pour le prendre serait que le vaccin arrête la propagation de l'épidémie. Mais pour le savoir, il faudra que beaucoup soient vaccinés...

mercredi 20 janvier 2021

Des sources du qui pro quo

Dans une de ses oeuvres, JP. Sartre écrit avoir choisi la philosophie, parce que c'était un sujet qui ne lui demandait pas beaucoup d'efforts (en substance). En quelque sorte par paresse. 

J'ai lu cela dans mon adolescence. En bon scientifique de mon temps, je l'avais cru sur paroles. Effectivement, les littéraires étaient de pauvres types, qui n'avaient aucune rigueur intellectuelle. La philosophie était un art de bateleurs. Un opium du peuple. 

Mais il y a peu de chances que Sartre ait été honnête. Un polytechnicien me disait que Polytechnique lui avait demandé d'être modeste, de ne pas sa vanter d'être l'élite de la nation, ce qui était douloureux. N'en aurait-il pas été de même de JP. Sartre ? Fausse modestie ? 

Ce qui rend ambigu nos propos est que nous tendons à parler en fonction de ce que nous pensons que notre interlocuteur croit ? D'où qui pro quo ?

Comme le dit Edgar Schein, pour éviter de s'égarer, il faut s'exercer à l'art de la suspension (de son jugement immédiat) et de la question innocente ?


Inceste social

Dissymétrie, confiance trahie, abus de la hiérarchie sociale, consentement qui ne peut être évoqué... Hier matin France Culture parlait de ce que signifie l'inceste. 

Ces termes rappelaient ce que l'on disait des banques américaines, lors de la crise des "subprimes". Y aurait-il une forme de violence sociale ? Une utilisation des règles de notre société, à l'envers de leur esprit ? Le véritable "crime en col blanc" ?

mardi 19 janvier 2021

Allemagne ou la force tranquille de la ternitude ?

En France, Angela Merkel n’aurait aucune chance. Car c’est un médiocre orateur. Elle n’a aucun charisme (et a priori, cela ne la perturbe pas). Mais elle sait que « pour que ça fonctionne » il faut un plan à moyen et long terme. Il faut être besogneux. Il faut soigner les détails. La vision ne suffit pas. Elle peut même aveugler plus qu’éclairer. 

En France, il faut être brillant et avoir le sens de la formule ! C’est vrai en politique, et cela demeure largement valide dans le monde de l’entreprise. Si le bagage intellectuel des dirigeants français avait la portée qu’ils imaginent, la France dominerait l’Europe autrement qu’elle le fait. Les grandes écoles ne forment que rarement des « entrepreneurs » dans l’acception anglo-saxonne du terme (c’est un HEC qui vous parle). 

Or les volontés faibles se traduisent par des paroles, les volontés fortes par des actes. Le flamboiement intellectuel et l’audace ne sont pas tout, surtout lorsqu’ils ne sont pas le préalable de l’action.  (Philippe Holtzweiler.)

La cigale et la fourmi ? (Suite d'un billet précédent.)

Qu'est-ce que l'art ?

Très tard, la radio raconte une histoire familière. Petit à petit, je saisis que c'est celle de Céleste Albaret, la gouvernante de Proust. Ce sont les dernières heures de Proust. Or, c'est une comédienne qui parle, et pas Céleste, que j'ai entendue dans une autre émission. Toute l'émotion est perdue ! 

Voilà pourquoi j'ai toujours aimé interroger les gens, et écrire leurs paroles. Et c'est pour cela que j'aime La fin de l'homme rouge. Il y a dans la vie, surtout la vie la plus modeste, des drames qui laissent l'artiste sans voix. 

Relisons Molière ou écoutons Racine, comme le jouait probablement Sarah Bernardt, d'un souffle. L'art de l'artiste, c'est de susciter l'émotion par l'artifice. Cela demande du génie. 

lundi 18 janvier 2021

Inversion thermique

Il y a quelques jours une chaîne météo annonçait une brutale baisse de températures, alors que l'on était sur le point de connaître un réchauffement et que, d'ordinaire, un changement de temps dure au moins deux semaines. Et que les prévisions d'autres chaînes étaient conformes aux miennes ! 

Renseignements pris, il y aurait une inversion thermique au dessus du Pole nord, ce qui est susceptible de nous expédier l'air de ces régions. Mais, en me renseignant un peu plus, je lis qu'en fait on n'en sait rien. 

Cette histoire me fait penser que ceux qui ont inventé le terme "anthropocène" ont eu un coup d'hybris. Certes il est possible que l'activité de l'humanité influe sur le climat, mais il faut être bien présomptueux pour penser que c'est le seul facteur à prendre en compte. Depuis la nuit des temps les variations du climat sont extrêmement complexes et redoutables, et totalement incompréhensibles. Nous ferions bien de ne pas l'oublier. 

Pourquoi écrire un blog ?

Ils n'ont pas compris ce que tu as écrit, me disait-on d'un de mes rapports, il y a longtemps. Curieusement, personne ne me demandait ce que j'avais voulu dire dans ce rapport. 

Comme on ne me demande pas pourquoi j'écris un blog, je vais dire ce qu'il m'apporte. 

D'une part, transformer ses idées du moment en une histoire, est un exercice amusant. 

D'autre part, écrire force à penser. Ma vie est mécanique. Je la passe en face d'un écran, avec des écouteurs aux oreilles, façon élevage en batterie. J'abats du boulot, beaucoup de boulot, mécaniquement. Et le soir, l'encéphalogramme est plat, dirait M.Macron. 

Or, lorsque l'on écrit, un billet en suscite un autre, et l'on découvre des idées, et des vérités, insoupçonnables. 

dimanche 17 janvier 2021

Drame de la richesse

Une fois de plus, le milieu intellectuel et l’héritage de Mai 68 sont mis au banc des accusés par un livre qui se situe à mi-chemin entre le roman autofictionnel et le document. (...) La presse people s’est aussitôt emparée de l’affaire pour taper sur toutes les figures publiques reconnaissables dans le livre et dénoncer "l’omerta" dont bénéficieraient les anciens soixante-huitards pour se livrer à leurs turpitudes. France Culture

Depuis quelques temps, on parle d'une nouvelle affaire de moeurs dans les cercles du pouvoir, de gauche. La France ressemble étrangement aux USA ? Nous avons nos Weinstein ? Quand on regarde la fiche de celui qui est au centre de l'affaire, on découvre que, dans ces hautes sphères, on se marie entre soi, entre anciens révolutionnaires et grandes fortunes. Qu'ils sont abyssaux les écarts entre le discours et les actes ! 

Mais aussi, il semble que, dans ces milieux, il y ait beaucoup de prédateurs. Et qu'il y règne, effectivement, une forme "d'omerta". Pas étonnant que ces gens voient si facilement la théorie du complot partout ?

Ce qui amène a se demander ce que fut réellement 68. Si le révolutionnaire parlait autant de "domination" est-ce parce qu'il était, lui-même, ivre de domination ? Il ne pouvait supporter aucune contrainte ? Il voulait imposer son bon plaisir ?

(Fait social à la Durkheim ? La société hyper protectrice d'après guerre a créé les conditions d'une sorte de perversion narcissique à grande échelle ?) 

68 et le calife

Il y a quelque chose de paradoxal avec la génération 68. Elle a combattu l'autorité et la morale, et, une fois au pouvoir, elle a voulu nous imposer des figures d'autorité et une morale. Au fond, elle a voulu être calife à la place du calife : elle trouvait que ce que faisaient ses parents était tellement bien qu'elle a voulu le faire à leur place ? 

Au moins, elle nous aura apporté la méfiance des autorités, et de la morale, ce qui est le début de l'autonomie de la pensée ?

samedi 16 janvier 2021

Omerta chinoise

"Ce manque de transparence de la partie chinoise a fini par nourrir la thèse d’un accident de laboratoire. Au départ, cette supposition était vue comme relevant de la théorie du complot. Mais à mesure que la Chine dresse des obstacles à toute investigation indépendante, même les virologues les plus sérieux se penchent sur cette hypothèse." dit une étude parue sur le site de France Culture

 Article fort intéressant (France Culture prendrait elle la place de la presse défaillante ?) :

  • La question de l'origine du virus est extrêmement complexe : il pourrait, en particulier, être passé directement à l'homme de la chauve-souris... Même ce que l'on croyait sûr, concernant les épidémies de virus voisins ne l'est peut-être pas. Comme quoi, il faut se méfier de tout. La science sait peu de choses. 
  • Justement pour faire progresser leurs connaissances, quelques scientifiques font des expériences extrêmement risquées. Elles consistent à modifier un virus jusqu'à ce qu'il puisse être transmis à l'homme ! Un rien apprenti sorcier ? Justement, il y a des Américains dans cette affaire. Or, une thèse chinoise et que l'origine du coronavirus est américaine. Pas de fumée sans feu ? 
  • Finalement, la plus forte raison de penser que le virus vient d'un laboratoire, n'est-elle pas que la Chine semble mettre des bâtons dans les roues de ceux qui veulent enquêter ? (Cf. la citation.)
Mais il y a quelque chose de très positif dans cette histoire : c'est l'existence même de cet article. On n'élimine pas d'un revers de main l'hypothèse du laboratoire, au nom de la "théorie du complot". Si la Chine pouvait renoncer à l'omerta, et laisser ses scientifiques collaborer avec la communauté de leurs pairs, ce serait certainement une avancée pour l'humanité. Et qui dépasserait de beaucoup la question du coronavirus.