jeudi 26 mai 2022

Macron solo ?

M.Macron aurait compromis son projet de défense européenne, lisais-je dans Politico.eu. Il continue de causer avec M.Poutine, et n'est qu'un tiède allié de l'Ukraine. 

Contraste avec la stratégie de M.Johnson ? Lui est très bruyant dans sa défense de l'Ukraine. Il se fait beaucoup d'amis au sein de l'UE. Ce qui lui permettra de mieux la diviser, le jour venu ? 

M.Macron, ou le complexe, typiquement français, du "gros malin" ? L'anti esprit d'équipe ? Or, sans équipe on n'est rien... gros malin ? 


La séduction de l'escroc

The Voysey inheritance rappelle un phénomène bien connu de la psychologie de l'escroquerie : la séduction de l'escroc. 

D'où cela vient-il ? Pourquoi, d'ailleurs, l'homme honnête tend-il à être inquiétant ? Indigne de confiance ?

On peut hasarder plusieurs explications. A l'époque de la présidence Sarkozy, on parlait beaucoup des vertus de l'entrepreneur. L'entrepreneur était celui qui prenait des risques. Mais aussi, c'était celui que l'on ne pouvait comprendre, puisque génial. "Qui m'aime me suive" est la phrase qui s'applique, dans ces cas là. C'est l'enthousiasme qui fait l'entrepreneur ? Et c'est l'enthousiasme qui fait aussi l'escroc ? Difficile de distinguer l'un de l'autre ? 

Mais, l'escroc est aussi sympathique, constatent les psychologues, parce qu'il nous dit ce que, inconsciemment, nous avons envie d'entendre. Il nous promet la lune, et ne nous trouve que des qualités (et pour cause...). 

Et si l'homme honnête battait l'escroc sur son propre terrain ? Cela lui demanderait d'être enthousiaste et de nous aider à corriger nos défauts dans la joie, comme Molière. 

Voilà, enfin, un projet de changement qui a du sens ? Curieux qu'aucun des candidats à la présidentielle n'y ait pensé ?

mercredi 25 mai 2022

La séduction de l'Occident

Tristes tropiques est un rien ridicule. Lévi-Strauss arrête une tribu qui veut profiter des bienfaits de la civilisation, afin de l'interroger sur ses coutumes, avant qu'elle ne les ait oubliées. 

L'arme absolue d'une grande civilisation, c'est son pouvoir de séduction. Le moyen ultime de "conduite du changement" ?

C'est peut-être ce qu'avait compris Louis XIV. C'est peut-être aussi le succès matériel de l'Occident qui a fait exploser l'URSS. 

Au fond, tout le monde rêve de l'idéal occidental. Y compris les djihadistes, qui semblent pétris de sa culture. Et peut-être aussi les Russes et les Chinois, qui ne parviennent toujours pas à trouver leur autonomie intellectuelle. 

Seulement, comme on vient de le voir, celui-ci a un vice de forme. Sans contrepoids, il semble que ce qui pourrait être sa force, "l'innovation", prenne le sens que lui donne Robert Merton : de création, elle devient exploitation. Le "premier de cordée" coupe la corde qui le gène... 

Ce qu'il faut à l'Occident est peut être ce qui est arrivé un peu tard à Athènes : la destruction de ses remparts ? Il ne peut vivre que dangereusement ?

Honnêteté intellectuelle

J'ai retrouvé une phrase de Sartre, qui m'avait indigné lorsque j'avais 16 ou 17 ans. Il parle d'un jeune homme qui vient lui demander conseil, et dit que, lorsque l'on fait cette démarche, on sait toujours l'avis que l'on va recevoir. 

Je n'ai jamais compris que l'on puisse faire une telle affirmation. Quand on va consulter un médecin, on n'a aucune idée de ce qu'il va nous dire. Quant à moi, je me suis toujours méfié de mes idées et suis soucieux d'écouter ceux qui ne me ressemblent pas. Cela, d'ailleurs, amène fréquemment ce blog à changer d'avis. 

Je ne comprends pas comment on peut s'appeler Sartre, se prétendre philosophe, normalien, agrégé de philosophie (ce qui, en son temps, signifiait "esprit scientifique"), et balancer, sans sourciller de telles âneries. 

Le mal de la philosophie moderne, qui est tombée dans le sophisme ? 

mardi 24 mai 2022

Le temps des parasites ?

Le DUP irlandais veut la dissolution de l'accord du Brexit, sous peine de guerre civile. M.Johnson, que rien n'engage, surtout pas sa parole, y voit l'occasion qu'il cherchait. La Turquie bloque l'accès de la Suède à l'OTAN. La Hongrie, les sanctions contre la Russie. La Pologne, la loi sur l'imposition minimale des entreprises...

La Russie décide de son propre chef d'envahir un pays voisin. 

Chacun use de son pouvoir de nuisance. Il est surtout surprenant à quel point un groupe d'individus peut infliger de dommages à l'ensemble de l'humanité. (Et à quel point l'Union européenne semble prendre tous les coups, sans pouvoir en rendre aucun.)

Effet systémique ? Résultat de décennies libérales ? L'individualisme a gagné le monde et il est incompatible avec la nature sociale de l'humanité ? 

The Voysey Inheritance

Pièce d'un certain Harley Granville-Barker, qui semble avoir été un auteur célèbre, en Angleterre, au début du siècle dernier. (BBC)

Madoff avant Madoff. La pyramide de Ponzi est éternelle. Un jeune homme découvre que son père et avant lui son grand père escroquaient leurs clients. Ces derniers confiaient leur capital à l'entreprise, en échange de revenus récurrents. Le capital servait, sans le leur dire, à des affaires douteuses. Tout l'exercice consistait à pouvoir rembourser le capital, quand il était réclamé. Généralement le jour du décès du client. 

Le jeune homme est honnête ? Que doit-il faire ? Continuer la tradition ? Après tout personne ne s'est jamais rendu compte de rien. Expérience existentielle. Dans l'épreuve, chacun révèle sa nature. Et elle n'est pas très belle.

Et, comme dans la vie réelle, on ne fait confiance qu'à l'escroc. Un homme honnête a quelque chose d'inquiétant. Au fond, on ne peut pas échapper à sa nature. 

C'est aussi l'occasion de s'intéresser à Ponzi. Et si ce dispositif n'était pas utilisé que dans les escroqueries ? Et si, certaines générations, par exemple, consommaient le capital de l'humanité ?... 

Le héros et le technocrate

68 révolution incomprise ? Si l'on lit bien le billet "De Gaulle en 68", on y voit un passage de pouvoir. De Gaulle est entouré de héros de la guerre de 40 (mais pas de résistants). Avec Pompidou commence l'ère des technocrates, des hommes d'appareil. 

Ni les uns ni les autres ne doivent leur légitimité à l'élection. Ce ne sont pas des politiques. Ils sont en contradiction avec les principes mêmes de la démocratie. D'ailleurs, ils ont probablement en commun le fait de surestimer leur capacité à diriger le pays, et à comprendre sa population. 

Du malaise actuel ?

lundi 23 mai 2022

Péril jaune ?

Le covid aurait-il bon dos ? Et si la fermeture de la Chine avait pour but de créer l'inflation en Occident, en cassant la "supply chain" mondiale ? Voilà ce que je lisais ce matin dans la lettre de Politico.eu. (Après un autre article qui soupçonne M.Poutine de vouloir déclencher une famine qui amènerait l'Europe a être submergée par l'immigration.)

Les régimes autoritaires se seraient-ils engagés dans un bras de fer avec les démocraties ? Entre infiltration de partis "populistes", et manipulation des élites (cf. billet sur HSBC), le coup était préparé depuis longtemps, probablement. 

Stratégie du "voleur chinois" ? Pas de confrontation directe, ce qui provoquerait une mobilisation générale, mais jouer sur la faiblesse de la démocratie : l'intérêt individuel ? 

(Ou théorie du complot, qui contaminerait les hautes sphères ? se demandait un ami.)

Chief whip

Peut-être que nos révolutionnaires auraient dû s'interroger sur la résilience de la démocratie anglaise. Contrairement au nôtre, son système politique se rit des soubresauts de l'histoire. Surtout, sa chambre des députés a résisté au temps. 

Et contrairement à ce qu'a semblé croire le général de Gaulle, ses chefs de gouvernement n'ont pas moins de trempe que les nôtres. 

Une personne joue un rôle central dans cette démocratie : le "Chief Whip". C'est un député, qui a pour rôle de s'assurer de la cohésion de son camp. En particulier d'éviter la révolte des "back benchers". 

On dit de la politique que "comme l'andouillette, elle doit sentir la merde, mais pas trop". Il semble que ce soit la recette du succès, ici. Le Chief Whip use de persuasion, mais ne doit jamais tomber dans l'intimidation. (Si j'ai bien compris, cela a été fatal au dernier Chief Whip de Boris Johnson.) Pour cela, il est critique d'être très bien informé. Cela ressortit à l'espionnage. 

En fait, l'Angleterre est une démocratie parlementaire. Etre député est bien plus prestigieux qu'être fonctionnaire. Contrairement à chez nous, les étudiants les plus brillants sont formés à la pensée et à la parole. Leur carrière politique commence à l'université. Et, souvent, les professeurs et les "tuteurs" (l'enseignant qui suit un élève au cours de ses études universitaires) jouent le rôle de détecteurs de talents. Puis de mentor. (Ce qui est aussi vrai pour les espions.)

Peut-être aussi que cette résilience tient à ce que l'Angleterre est profondément inégalitaire. Les "représentants du peuple" appartiennent à une classe supérieure, fortement consanguine. 

(Réflexions qu'évoque "The House" un feuilleton radiophonique que rediffuse BBC 4 extra.) 

dimanche 22 mai 2022

Les malheurs d'HSBC

HSBC va-t-il être coupé en deux ? C'est ce que demande un investisseur chinois, depuis quelques temps. 

Il y a quelques années, HSBC a installé son siège à Hong Kong. Pied de nez à la vieille Europe, ai-je pensé.

Aujourd'hui, HSBC se trouve pris entre deux feux. D'ailleurs, la demande de l'investisseur est surprenante, car HSBC semble avoir, surtout, basculé du côté chinois, où est la majorité de ses intérêts. Après la taupe russe, la taupe chinoise ?

La Chine, c'est l'avenir, pensait l'élite mondiale. Au diable le vieil homme occidental frappé d'obsolescence...

(HSBC pourrait faire appel, en cas de malheur, à celui-la même qu'elle jugeait condamné par l'histoire : le contribuable anglais. Article.)