dimanche 7 septembre 2014

Le droit en Chine

Histoire d'un procès chinois. Un vendeur à la sauvette a maille à partir avec des agents municipaux. Après moult vexations, il en tue un. La puissance publique canonise le mort. Ce qui signifie que le vendeur va recevoir la peine capital. Un avocat décide de s'appuyer sur la loi. Il obtient une peine de mort avec sursis. Observations personnelles :
  • En Chine, le politique prime la loi. Autrement dit, c'est la société qui a le dernier mot.
  • L'avocat joue considérablement de l'opinion publique. Il semble chercher à ce que des groupes de pression s'identifient au meurtriers. Il parvient même à toucher une corde sensible chez les collègues de la victime (les agents municipaux font un travail dangereux et non officiel). Cependant, il doit tenir compte de ce qui est acceptable ou non par l'opinion officielle. Il fait passer les messages auxquels il tient de manière indirecte. (Je me serais cru dans une mission de conduite du changement !)
  • Le fait que la loi commence à s'imposer en Chine amène à se demander s'il ne s'agit pas d'une contamination de l'Ouest. Mais, peut-on faire autrement dans un monde globalisé, qui a besoin de règles claires et précises pour guider les transactions de gens qui ne se connaissent pas ? 
  • L'arrivée de la loi et du droit peut amener celle des droits de l'homme, donc l'individualisme ?
Judith Bout, « Les nouveaux usages du droit en Chine contemporaine », La Vie des idées, 25 août 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-nouveaux-usages-du-droit-en.html