mardi 7 mars 2017

Le bateau coule avec le capitaine

Je le croyais président d'une multinationale. Mais il paraît que M.Sarkozy tire les ficelles du parti républicain. Cela m'a rappelé un acte manqué que tout consultant rencontre souvent. Celui de l'entrepreneur qui ne peut supporter que son entreprise passe entre d'autres mains. Et qui l'emporte dans la tombe. (On dit qu'il en a été de même de Louis XIV.)

En écoutant M.Fillon, dimanche, je me suis demandé s'il n'implorait pas son parti de l'achever. Il est croyant, il ne peut pas se suicider ? Maintenant, que va-t-être son avenir ? Un calvaire ? Il se disait homme d'honneur, il ne tient pas parole. Triste retraite que la sienne, s'il perd et qu'il doive vivre longtemps avec le souvenir du spectacle qu'il nous a donné. Ses partisans le lâchent. D'ailleurs qui sont-ils ? J'ai découvert (mais est-ce significatif ?) que des déçus du FN étaient de chauds supporters. Surtout, il a assassiné M.Sarkozy. Or, il en est maintenant la marionnette. D'où mon introduction. Car, si ce que l'on dit est juste, les Républicains risquent de connaître une Bérézina. Le parti peut-il y survivre ?