mercredi 29 avril 2015

Le changement selon notre gouvernement ?

L'entrepreneur...
Et si le débat sur le principe de précaution (voir ce qu'en dit la Fabrique de l'industrie) révélait la définition que nos gouvernants donnent au mot changement ? 

L'objectif du changement ? Faire comme les autres ? OGM, gaz de schiste et démantèlement du système de solidarité sociale qui nuit à notre compétitivité... Le "progrès" ? Mais le pays résiste au progrès. Face à cette résistance, il y a deux attitudes :

Le principe d'innovation. C'est le parti des "entrepreneurs". Pour eux "entreprendre" signifie prendre des décisions dont on ne mesure pas les conséquences. Donc risquer l'argent et la vie des autres. C'était la ligne du précédent gouvernement ? Du moins en phase initiale ?

Le principe de précaution. Le Français est dangereux. Il ne faut rien faire qui puisse le mécontenter. Mais cela n'interdit pas nécessairement la réforme. Elle peut passer en douce. Ou en crise, puisqu'il n'y a rien d'autre à faire. C'est la ligne de ce gouvernement ? 
... prend des précautions

Changeons de définition ?
Y aurait-il une troisième voie ? Celle que Camus aurait appelé "de la révolte" ? Transformer la société pour le bien collectif ? Autrement dit, ne pas faire comme les autres, mais croire qu'il est possible de concevoir et de réussir notre propre changement, un changement qui débouche sur une société compatible avec nos aspirations.

Cette révolte ne se fait pas contre, mais pour. Exemple ? Parce que leur comportement suscite la révolte, nos gouvernants sont utiles. Plus ils cherchent à nous endormir, plus nous devons faire preuve de volonté et de génie.