mercredi 4 novembre 2015

La France et les quatre étapes de l'autonomie

Dominique Marty me parle du modèle des étapes de l'autonomie. Il a été conçu pour l'enfant, mais il me semble qu'il convient à notre société :
  1. Dépendance / symbiose. Phase "oui, oui". C'est le nourrisson qui dépend de sa mère. Il est dans son ventre, ou pas loin. Il n'est rien, elle est tout. 
  2. La contre dépendance. Phase "non !". Le hérisson. Rien ne va, ni moi, ni les autres. 
  3. L'indépendance. Il n'y a que moi qui compte. Phase du polisson. Phase de séparation des autres mais aussi de consolidation de soi. 
  4. Interdépendance. Je connais mes forces et je reconnais celles des autres. Phase "oui, si". Unisson. Solidarité, entraide, coopération. 
Il me semble que l'après-guerre a fait de nous des nourrissons. Depuis 68, nous vivons dans un monde de hérissons. Ou plutôt de polissons. Mais de polissons pas consolidés. Des polissons qui n'ont que des droits, mais aucune compétence manifeste. Aujourd'hui, nous rêvons d'entreprise libérée ou d'économie du partage. Autrement dit de "phase 4". Comment y arriver ? 

Je crois que plusieurs conditions nécessaires doivent être réunies :
  1. Il faut consolider le polisson. Il faut trouver les raisons d'avoir confiance en soi. C'est à dire parvenir à comprendre ce qui fait notre valeur. Qu'avons-nous, d'unique, à apporter aux autres ? Il faut, alors, dire ce que l'on fait, et faire ce que l'on dit. Je n'ai qu'une parole. 
  2. Il faut constituer et construire l'équipe, c'est-à-dire une aire de confiance :
    1. Il faut apprendre à apprécier les autres. Qu'est-ce qu'ils ont d'unique ?, doit-on se demander. (Cf. L'arbre de connaissances.)
    2. Comment vivre avec les autres ? Il faut construire les processus qui vont guider les relations entre membres du groupe. Il y a des techniques pour cela. Mais j'ai l'impression que c'est, avant tout, un voyage dans l'inconnu, avec l'émotion et la crise comme seuls guides.