mardi 21 juin 2016

Brexit et libéralisme

Le Brexit, donc, est exclusivement une question de xénophobie. Il révèle probablement une caractéristique propre à la culture anglaise. Et si le "libéralisme" avait réveillé ce démon ? 

Les cercles dirigeants de l'économie mondiale auraient estimé que l'immigration était un stimulant de la croissance. Il est possible qu'une des raisons principales de l'agrandissement de l'UE à l'Est vienne de là. Récemment on a compté sur l'élan de fraternité que susciteraient les guerres au Moyen-Orient pour faire taire les inquiétudes que suscite l'immigration.  Rien de cela n'a marché. Et le cercle vertueux est devenu vicieux. L'économie allant mal, les conditions de travail étant mauvaises, l'immigrant est vu comme un parasite. Enantiodromie.

(Les guerres moyen-orientales seraient dues, selon certains, à une manœuvre libérale qui aurait mal tourné. Elle visait à faire "émerger" l'économie de marché, et la prospérité. Peut-être qu'un moment, quelques-uns ont cru qu'ils avaient réussi une manœuvre brillante, tournant un échec en une estocade finale ?)