samedi 8 octobre 2016

Diseux et faiseux

Alexandre Jardin parle de "diseux et de faiseux". Nous sommes dirigés par des "diseux" qui ne savent pas faire. Grand changement du moment. Les polytechniciens ou les normaliens, par exemple, étaient  des faiseux avant d'être des diseux. C'est fini. C'est d'autant plus curieux qu'à l'heure du Bac et du Master pour tous, leur légitimité de donneurs de leçon s'est effondrée. De même, l'entrepreneur, self made man, a été remplacé par le "working rich". Le technocrate diplômé.  

A nouveau l'Ancien régime ? Être un gouvernant ou un patron, c'est un métier, avec beaucoup de contraintes, et fort peu d'excitation intellectuelle. Ce n'est pas encore les orgies de la décadence. Nos diseux ne sont pas que du vent. Et s'ils considéraient nos difficultés comme étant des "questions ouvertes", dont la solution est à trouver ? Alors, peut-être auront-ils l'idée d'utiliser toute une éducation de résolution de problèmes ? Transformation à effet de levier des diseux en faiseux.