lundi 3 février 2014

Les limites de la démocratie

Nous avons repris une idée grecque, les Américains, en premier : du débat démocratique sort la vérité. Est-ce juste ? De temps à autres, j'envoie une question que je me pose à un groupe linkedin, en espérant y trouver quelque réponse utile. Je suis généralement déçu.
  • La plupart des participants apporte une opinion de peu d'intérêt, parce qu'elle ne reflète qu'une expérience limitée, ou qu'elle est une rationalisation de telle ou telle idée reçue.
  • Les contributions utiles sont soit des témoignages d'expériences personnelles (opinion subjective, mais sans généralisation abusive) soit indirectes : elles signalent des travaux d'experts ou des expériences peu connues. 
En bref, pour qu'une contribution soit utile, il me semble qu'elle doit résulter d'une expérience ou d'un travail d'enquête et de synthèse (du type de celui que font les chercheurs). Conséquences (à creuser) :
  • Si la démocratie construit ses décisions sur la confrontation de ces expériences clés elle sera efficace. (C'est peut-être ce que l'on entend par "démocratie représentative".) 
  • Le "bon sens populaire" (notre instinct) doit trouver convaincant ce qui sort d'une telle confrontation. Mais il peut probablement aussi être manipulé, si l'on étouffe les "expériences clés", et qu'on lui lance des idées qui exploitent le peu de profondeur de sa réflexion, ou vont dans le sens de ses intérêts à court terme.