dimanche 4 octobre 2015

Le paradoxe VW

Le scandale qui secoue actuellement VW me rappelle des souvenirs personnels. Curieux que je n'y ai pas pensé plus tôt. J'ai travaillé à plusieurs reprises avec des ingénieurs allemands. A chaque fois, ils me disaient quelque-chose comme : les constructeurs français sont des gougnafiers. S'il y a un retard, en France, dans la conception d'une voiture, du fait d'une question technique, on triche ; en Allemagne tant que le problème n'est pas résolu, on n'avance pas. J'avoue avoir été si convaincu, que j'ai décidé d'acheter une voiture allemande. (Avant de comprendre qu'il ne servait à rien d'avoir une voiture, puisque je ne l'utilise pas...)

A ce sujet, les constructeurs français ont-ils triché ? Si c'est le cas, ça ne semble pas être sur la même échelle qu'en Allemagne. Dans ce pays, quand on fait quelque-chose, on le fait industriellement...

Comment expliquer ce curieux paradoxe ? Toute la communication allemande est une communication technique, démontrant quasi mathématiquement l'excellence du produit. Cette communication ne signifie probablement rien d'autre que : nous, Allemands, nous sommes des êtres supérieurs. Et cela déclenche naturellement un phénomène qu'a décrit Robert Merton : "l'innovation". Autrement dit, quant les objectifs que l'on se donne sont trop difficiles à atteindre, on tend à tricher avec les moyens que la société juge légaux d'employer.