vendredi 6 février 2015

Crises mondiales : conséquence imprévue de la guerre froide ?

En lisant Pierre Bourdieu, j'ai eu la surprise de découvrir que le grand projet du gouvernement "libéral" Giscard / Barre avait été de favoriser l'accession à la propriété. Et ce pour faire de nous de petits capitalistes, et nous détourner du communisme. Or, on dit que cette politique plombe nos comptes. Et The Economist va jusqu'à penser que sa généralisation au monde pourrait être une cause de notre grande dépression.

Lorsque l'on sait que l'Amérique a soufflé sur les braises du djihadisme pour nuire à l'URSS, on peut se demander si sa gestion myope des affaires du monde n'a pas quelque chose de dangereux. Ou, plus encore, sa vision d'un monde dont il faudrait extirper le mal. Car ce que l'Américain prend pour le "mal" lui est nécessaire.

(Et il y a eu la dissolution de Bretton Woods : Nixon voulait imprimer de l'argent pour nourrir la guerre froide. D'où, peut-être bien, une économie mondialement endémiquement spéculative...)