lundi 16 novembre 2015

Lâcheté managériale : le mal français ?

Lorsque l'on demandait quelque chose à Marcel Dassault, il vous donnait beaucoup plus. Voilà ce que dit sa biographie. Marcel Dassault avait certainement de grandes qualités, mais j'ai l'impression que là, il illustre ce qu'une DRH appelle "lâcheté managériale". Elle vient probablement de notre penchant national à considérer l'autre comme une sorte d'animal. Il ne comprend que la menace ou le pain et les jeux. On ne parle pas à sa raison, mais à son instinct. 

Je me souviens aussi d'avoir voyagé à côté de responsables syndicaux. Ils se racontaient les procédés qu'ils utilisaient pour saboter leur entreprise, par leurs revendications (qui étaient satisfaites). On était encore à l'époque du Marxisme, et cette tactique était peut-être de bonne guerre. Mais j'en viens à me demander si elle n'est pas restée dans les gènes de certains courants politiques.

Aurions-nous été submergés d'avantages acquis à la fois pour avoir la paix, et pour dynamiter le capitalisme ? Malheureusement, on ne peut pas faire la révolution dans un seul pays. Serait-ce ce qui est à l'origine de nos tracas actuels ?