jeudi 19 décembre 2013

OGM et résistance au progrès

The Economist raconte toujours la même histoire. Qu’il s’agisse des USA, de l’Europe ou de la Chine, les peuples ne veulent pas des OGM. Face à eux, il y a les gouvernements et les entreprises, et ils ont généralement le dernier mot.

Cet affrontement m’a rappelé l’étude de Jean-Baptiste Fressoz. La marche du progrès s’est faite comme ceci. Une élite le poussait, le peuple s’y opposait. Et avec de bonnes raisons. En effet, initialement, la plupart de ce qui va de soi aujourd’hui (la médecine, la chimie, les chaudières…) ne fonctionnait pas, et détruisait hommes et nature. Mais l’élite avait beaucoup à gagner, et risquait peu. C’était le peuple qui essuyait les plâtres. Il a servi de cobaye (et parfois, explicitement). La résistance au changement expliquée ?