samedi 5 juillet 2014

L'Europe de l'Est est-elle une poudrière ?

La fin de l'homme rouge explique ce qui se passe à l'est de l'Europe. On ne nous l'avait pas dit, mais l'URSS avait construit un empire colonial à l'image de ceux de la France et de l'Angleterre. Un empire peuplé de colons. La dislocation de l'URSS a fait disparaître cet empire, sans pour autant que les colons ne quittent totalement les pays en question... 

Et maintenant, voilà ce que cela donne. La Russie tend à penser qu'elle s'est fait pigeonner par l'Ouest. Rendez-moi mon empire. Mais ses ex colonies ne l'entendent pas de cette oreille. Quant aux ex colons, ils demeurent une minorité puissante. Ils sont une bombe à retardement. En effet, leurs pays d'accueil ne les aiment pas. Donc, ils ne sont pas heureux. Donc, ils regardent vers la Russie...

Ce n'est pas tout. L'introduction de l'économie libérale dans ces pays dans les années 90 a été un désastre effroyable. Tout ce qui rappelle ses signes avant-coureurs provoque une réaction épidermique. C'est probablement la raison pour laquelle des pays comme la Biélorussie matent brutalement toute revendication démocratique. Ils ont tiré de l'histoire l'enseignement que le modèle soviétique avait du bon. 

D'où quelques réflexions :
  • Les Anglo-saxons, qui rejouent la guerre froide, et diabolisent Poutine, ont tort. 
  • M.Poutine veut probablement s'entourer de pays qui partagent avec la Russie un modèle néo soviétique commun. Et, pour beaucoup d'entre-eux, ceux-ci ne sont pas contre. A condition, peut-être, de ne pas être absorbés. 
Cependant, un soviétisme réinventé a-t-il le dynamisme nécessaire pour survivre en économie de marché, entouré par la tentation démocratique ? En outre, la peur que suscite, à tort ou à raison, un tel modèle, ne pourrait-il pas être un facteur de crise ? L'UE continentale, et sa démocratie sociale, ne devraient-ils pas prendre les choses en main, et aider l'URSS et ses voisins à adopter des régimes politiques moins explosifs ?