samedi 24 août 2013

La crise de la culture d’Hannah Arendt

Hannah Arendt parle de sens commun partagé. Mais, avec qui partage-t-elle son sens commun ? Avec les philosophes, surtout ceux des origines. Dans ces conditions, pas facile de savoir où elle veut en venir. Voici, donc, mon interprétation de La crise de la culture (Gallimard), un livre de 1954, étonnamment récent par bien des aspects. Peut-être révolutionnaire.

La crise de la tradition
Notre modèle de société est en crise. Depuis des siècles. Il était construit sur une « tradition » élaborée par les Romains à partir de l’héritage grec. Elle fut réacclimatée par l’Eglise du 4ème siècle, lorsqu’elle prit les affaires du monde en main. Cette tradition n’a pu s’accommoder du doute, propre à la science. Aujourd’hui elle titube. Toutes les révolutions, tous les philosophes (Marx, Nietzsche, Kierkegaard) ont cherché à la corriger. Mais en conservant sa logique. Leurs efforts ont été ruinés par leurs contradictions internes. Aujourd’hui c’est au tour des frères ennemis libéraux (gauche) et néoconservateurs (droite) de vouloir nous remettre dans le rang.
Tous commettent une erreur. Le concept d’histoire. Il affirme que l’espèce humaine doit obéir à un « processus ». Notre avenir est déterminé ! Or, « être humain » et « processus » sont antinomiques. Obéir à un processus, c’est être l’esclave d’exigences physiologiques. C’est être un légume. Voilà le rêve qu’ont pour nous ceux qui nous gouvernent.

Demain, la liberté ?
La société grecque présocratique avait résolu la question. Par la « politique », au sens premier du terme. C'est-à-dire une communauté d’égaux concevant ensemble l’avenir du monde. C’est l’antithèse du processus.
Le propre de la politique, c’est de créer un monde nouveau. C’est une nouvelle naissance, une révolution. C’est la défaite du processus biologique. C’est ainsi que l’homme peut agir. Mais c’est surtout dans cette communauté qu’il est homme. Puisque c’est seulement là qu’il peut avoir une activité qui est non physiologique. Pour entrer en politique, il doit se libérer des contraintes sociales. En particulier, se dégager du prêt à penser.

Redéfinir nos concepts
Pour gouverner les hommes, on en fait des légumes. On leur raconte qu’il existe des lois de la nature auxquelles ils doivent obéir. Et on divise pour régner. Façon tour de Babel. Hannah Arendt analyse les concepts qui guident notre pensée :
  • Histoire. La société n’aurait-elle pas fait une erreur ? N’aurait elle pas confondu « sens » de la vie et direction ? N’est-ce pas pour cela qu’elle a dit que l’homme avait une « histoire » ? Et que cette histoire aurait une fin heureuse ? Mais pourquoi aujourd’hui une histoire, et demain une fin ? Or, un autre « sens » est possible. La chronique des victoires de l’homme sur le processus biologique. Les merveilles qui en ont résulté. Héritage sur lequel nous pouvons construire notre avenir.
  • Autorité. Pour les libéraux, l’autorité nie la liberté. Pour les néoconservateurs, il ne peut pas y avoir de liberté sans autorité. Tous deux pensent que nous allons droit au totalitarisme. Mais qu’est-ce que l’autorité ? Pour les anciens, c’était les assises de la société. La raison de sa grandeur. La fondation de Rome, par exemple. Avait de l’autorité celui qui donnait l'exemple de cette grandeur. L’autorité ne se décrète pas. Elle va de soi. Avons-nous besoin d’autorité ? En tout cas, nous avons besoin d’un langage commun. Si l’on ne se comprend pas, le débat politique est impossible. Aujourd’hui, chacun a son vocabulaire à lui. Et nous devons rétablir nos liens avec le passé. Notre héritage d’hommes.
  • Liberté. Qu’entendons-nous par liberté ? Libre arbitre. Pouvoir exercer sa volonté. Renard libre dans un poulailler libre ? Les Grecs entendaient les choses différemment. Etre libre, c’était participer, en égal, au débat politique. A la marche de la cité. Pour cela, il fallait s’être libéré des contingences matérielles. La raison d’être de la politique c’était l’action (collective). Une action qui conduisait à un nouveau commencement. A une naissance.
  • Education. L’enfant est le révolutionnaire de demain. En attendant, il doit être protégé, pour pouvoir se développer. Ce qui est le rôle de la famille. Et il doit apprendre un langage commun. Ce qui est le rôle de l’école. Aujourd’hui l’enfant est considéré comme un adulte. Il est privé de famille et privé d’autorité, donc des fondations sur lesquelles se construire, par des maîtres qui refusent le monde et se « lavent les mains » du sort de leurs élèves.
  • Culture. Louis XIV avait asservi les nobles. Puis la « bonne société » a absorbé le reste de la collectivité. Dans ce monde de nouveaux riches, la culture est un moyen factice de se distinguer. Une marchandise, un bien de consommation. Or, l’art est la manifestation de l’identité d’une société. Le goût est ce qui la réunit et ce qui distingue chacun de ses membres. C’est en inventant un nouveau monde que la politique ouvre un espace dans lequel l'art peut s'exprimer.
  • Politique. Le propre de la politique, c’est le changement. Celle de notre temps veut changer ce qui la gêne - souvent parce que ça ne peut pas changer ! En particulier les « vérités de fait ». Pour cela elle les fait passer pour des opinions. Ce qui conduit à la tromperie de soi-même, et au cynisme. Il faut, au contraire, que certains domaines soient hors du champ de la politique. Notamment la justice, l’université, l'information. Hannah Arendt fait une remarque curieuse. L’obsession de l’objectivité serait le propre de l’Occident.
  • Science et technologie. Depuis son avènement, la science considère l’homme de l’extérieur. Comme s’il s’agissait de quelque chose d’abstrait qui devrait obéir à quelque loi mathématique, quitte à l’éliminer totalement, pour un bien supérieur. Nouvel avatar du processus biologique ! Pour reprendre la main sur notre sort, la science doit être réintégrée au langage commun.


Aucun commentaire: