mercredi 16 avril 2014

Le professeur de philosophie est-il schizophrène ?

La philosophie aurait été vue comme un moyen de contrebalancer les excès des Lumières, et de la démocratie. Et ce à la fois par la IIIème République et les contre-révolutionnaires. Résultat. Un enseignement français de la philosophie dont la mission est l'ordre. Mais en apprenant l'esprit critique (le principe de la philosophie) !

Autre caractéristique curieuse. Pour être philosophe en France, il faut s'inscrire dans la raison pure. Celle dont Platon est le modèle. Ce qui a fait les affaires de Marx, réactionnaire de la pensée. Censurés les Proudhon, Saint Simon et autres (Camus ?) qui se sont préoccupés de raison pratique. (Or, n'étaient-ce pas eux les vrais philosophes ? Plutôt que les diplômés de Normale Sup ?)

Je me suis interrogé. Au fond, nous savons bien que nos enseignants sont des esprits totalitaires dont il faut se méfier. Merveilleuse incitation à l'esprit critique ? Certes, mais mauvais enseignement de la philosophie. C'est-à-dire du savoir-faire nécessaire à une pensée efficace.

(Librement inspiré de : Stéphanie Roza, « D’où viennent nos institutions philosophiques ? », La Vie des idées, 26 mars 2014. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/D-ou-viennent-nos-institutions.html)