jeudi 9 janvier 2014

Naît-on ingénieur ou le devient-on ?

Il y a peu, je me suis trouvé face à une normalienne, agrégée de philosophie, qui avait été recrutée par un cabinet de conseil en stratégie. Désastre et dépression.

Ne faisons-nous pas un mauvais usage de nos diplômés, me suis-je demandé ? Les précédentes générations de normaliens sont à l’origine d’un grand nombre de nos connaissances, mais ils ont commencé par donner des cours dans le secondaire avant de faire une œuvre qui les a amenés au Collège de France. Ce qui a fait le prestige de leur école. Il en a été de même des ingénieurs. Maintenant, ils deviennent chefs ou banquiers, dès qu'ils ont reçu un diplôme. Hier, Bienvenüe (l’homme du métro) perdait un bras sur un chantier. Tous ceux qui ont fait l’industrie actuelle sont, en quelque sorte, « sortis du rang ». Ils ont mis une vie à se construire.

Naît-on ingénieur, ou le devient-on ? Un ingénieur doit-il vivre en noble d’ancien régime ou développer le savoir-faire technique collectif ? Et est-il plus heureux en gagnant beaucoup d’argent ou en faisant un travail complexe et utile ?...