mercredi 29 octobre 2014

Change in France

Tranche de vie. Le changement tel qu’il se vit en France.

J’anime un club de consultants. Une réunion, il y a quelques mois. Un dirigeant, qui a beaucoup d’estime pour nous, nous demande comment nous faire profiter de ses clients. Un des participants, qui n’appartient pas au club, mais qui en est un ami, s’indigne. « Détournement de bien social. » Tout le groupe lui emboîte le pas. C’est la curée. Curieux. L’homme est la droiture même. Et il voulait nous aider. Finalement un participant a une idée. Moi, heureux : voilà de quoi faire un partenariat ! Non, il y a bien plus compétent que moi, me répond-il ! Pourtant, il a consacré l’essentiel de sa carrière au sujet ! Sur ce, une participante, qui ne connaît rien à la question, lui donne raison. Son ex mari (qui la licenciée d’une manière que je juge abjecte) aurait toutes les qualités pour bien faire ce travail. Résultat ? La réunion a fait émerger une solution honnête. Mais nous n’en profiterons pas. Qui voudrait travailler avec de tels furieux ? Impolis de surcroît. 

Ces comportements sont bien français :

  • Nous tendons à prendre la cause de nos ennemis contre nos amis.
  • Quand on nous demande de faire ce pour quoi nous semblons faits, nous nous révoltons.
J’ai du mal à trouver une explication satisfaisante au premier point. Pour le second, il me semble que cela vient de notre tendance à la théorie. Lorsque l’on nous parle d’une tâche à accomplir, nous percevons la solution idéale. Mais, lorsqu’il s’agit de la réaliser, nous en sommes, évidemment, incapables.