mercredi 6 avril 2016

Trou des Halles

Le nouveau centre commercial des Halles aurait coûté un milliard en cinq ans de travaux. Cela va-t-il être rentable ? me suis-je demandé.

La logique ne serait pas financière, mais spéculative : 
« A partir des années 2000, les investisseurs (de l’immobilier commercial) ont été de plus en plus nombreux à suivre une logique financière. Celle-ci consistait à valoriser leurs murs à partir des loyers qu’ils sont susceptibles de générer dans le futur », détaillait en 2011 le chercheur en économie et urbanisme Pascal Madry, dans un article intitulé « Le commerce entre dans sa bulle ». La valeur des murs sert ensuite aux SIIC « à garantir de nouveaux appels de fonds pour la réalisation de nouvelles opérations ». Une fuite en avant infinie !
(L'article.) 

De ce fait, il y a de plus en plus de centres commerciaux, alors que leur fréquentation serait en baisse. Les élus y trouvent aussi leur compte : cela est susceptible de gérer des revenus. C'est aussi une question de surenchère avec les élus voisins, pour éviter un exode d'emplois, d'enseignes... Et les promoteurs savent rendre service : "A Paris, des factures du journal électoral d’Anne Hidalgo, première adjointe du maire de Paris et candidate à la succession, ont été réglées « par des promoteurs immobiliers », rapporte un article du Canard enchainé daté du 5 mai 2010."