jeudi 29 septembre 2016

Le changement par l'échec

Le changement rate quasi systématiquement. Des fusions acquisitions aux réformes de l'Etat en passant par le numérique, rien ne donne ce que l'on attend de lui. Ce qui m'étonne est que personne n'ait relié cette constatation à l'état pitoyable du monde. Pas plus d'ailleurs, que ça ne choque qui que ce soit qu'il y ait toujours plus de spécialistes du changement et de formation au changement. Même l'ENA se forme au changement ! 

Dans ce domaine on n'est jamais au bout de l'étonnement. Car, ce que l'on m'a enseigné à l'école, c'est que la France n'a fait que changer. Ce à quoi tout le monde s'accroche actuellement, de M.Macron à Mme Le Pen, c'est le résultat d'un programme de réformes qui a été mené par la 3ème République. La France d'après guerre est l'image même d'un changement radical. Alors que l'on disait l'âme de la France agricole, elle est devenue industrielle et du nucléaire. Jusque dans les années 90, il y a eu des succès remarquables. On croyait notre industrie condamnée par les Japs, elle s'est réinventée (cf. Renault et la Twingo). Le service public s'est transformé, aussi : on a cité, comme succès, Air France et la RATP. Comment se fait-il que l'on nous dise maintenant que la France a toujours refusé le changement ? Rationalisation de notre échec à la faire changer ?

Et s'il fallait aborder le changement par l'échec ? Votre seule certitude, c'est qu'il va rater, et que vous ne pouvez compter, pour le mener, sur absolument personne. Peut-être, alors, en arriverez-vous à vous demander ce qui marchait avant et ne marche plus ? Peut-être en tirerez-vous des idées ?