dimanche 11 septembre 2016

Notre communication nous trahit

J'aime bien la "communication à l'allemande". C'est une communication technique, qui explique en détails pourquoi un produit est bon. Mais je l'aime bien, surtout, parce que la façon dont nous communiquons trahit la façon dont nous considérons notre prochain. 

L'option allemande parle d'homme à homme. Elle estime que les clients sont des égaux d'élite. Des Allemands. La communication française, celle du gouvernement, ou celle d'un constructeur, veut nous dire ce que nous voulons entendre. Elle veut nous plaire. Implicitement, elle nous prend pour de pauvres types, des inférieurs effrayés par le changement, que l'on berne par des balivernes.

L'Allemand prend l'Allemand pour un surhomme, le Français prend le Français pour un minable. Pour un veau, comme aurait dit de Gaulle ?