mercredi 20 février 2019

Changement à la Société Générale

Le Financial Times pense que Frédéric Oudéa n'en a plus pour longtemps à la tête de la Société Générale. En effet, en Europe, "il n'y a que Deutsche Bank qui fasse plus mal en termes de performance de l'action".

Voilà qui est nouveau. Jadis, à moins de mettre une entreprise en faillite, un grand patron français n'était jamais remplacé.

mardi 19 février 2019

Géant du numérique français

Un groupement d'anciens de grandes écoles se demande comment créer un géant du numérique français. Décidément, la politique industrielle a le vent en poupe.

Et si l'on faisait comme les Chinois ? Ils ont fermé leurs frontières et ils ont copié ce qui se faisait aux USA. Le tour était joué.

Mon premier employeur, Dassault Systèmes, est un des rares succès français du numérique. Comme le dit son créateur, les derniers à acheter son logiciel ont été les Français. Il doit sa réussite commerciale à IBM, qui le distribuait, et qui est allé chercher les premiers clients, chez eux : aux USA et en Allemagne.

Je ne crois pas au numérique. C'est un miroir aux alouettes. Je soupçonne que les grandes innovations sont derrière nous, et qu'elles n'ont rien de magnifique. Tout le reste, cela n'a pas cessé depuis la bulle Internet, n'est que bulle spéculative après bulle spéculative. En revanche la France a un tissu économique riche qui ne demande qu'à être développé. Et si on arrêtait de copier ce qui se fait ailleurs, et on commençait à avoir un peu d'originalité, pour une fois ?

Increvable popularité du Gilet Jaune

Le Français, en majorité, serait favorable au Gilet jaune, disait un sondage. Ce qui doit paraître injuste au gouvernement. Car, il n'a qu'une minorité pour lui, alors que son comportement est irréprochable. Ce qui n'est pas le cas de celui des Gilets jaunes.

Le coeur a des raisons que la raison ne comprend pas ? Partialité sélective : pour le gouvernement un jaune voyou, tous les jaunes sont des voyous, le gros des Français estime que ce sont des gens déguisés en jaune qui se comportent mal ? Phénomène Trump : il y a deux France, une France riche aux idées "socialement avancées", et une France moins riche, qui associe les belles paroles à la dégradation de sa situation ?

(La force du mouvement ? C'est qu'il dure, me disait-on.)

lundi 18 février 2019

Peut-on se comprendre ?

Et si l'on était incapables de se comprendre les uns les autres ? Une de mes anxiétés. En particulier, elle est liée à la faiblesse d'une éducation de banlieue. J'ai le soupçon qu'elle ne me permet pas de pénétrer la pensée des érudits d'hier. Et si quelque chose d'essentiel m'échappait ?

Emmanuel Levinas a peut-être une réponse à ce problème. La pensée de l'autre est incompréhensible par nature. Mais, il ne faut pas baisser les bras. Vouloir, résolument, la comprendre contribue à la beauté de la vie.

Faut-il craindre la Chine ?

Entendez-vous l'éco de France Culture consacrait ses émissions à la Chine. Inquiétante ?

La Chine, c'est une pieuvre. Conquête, méthodique, du monde. Les ports qu'elle achète à l'étranger, par exemple, seraient des têtes de pont de son influence. De même, elle instrumentaliserait une diaspora qui compte 125m de personnes. Elle a fait de grands travaux pour des pays en développement, pas toujours à bon escient, ce qui les a couverts de dettes (90% du PIB, pour le Nigeria, si ma mémoire est bonne). Elle s'est fait des amis de tous les despotes africains. (Peut-être, aussi, se reconnaissent-ils dans le régime chinois, qui ressemble au leur ?) Ces pays sont dépendants d'elle. Son souci, les concernant, est de stabiliser ses approvisionnements en matière première. Ses entreprises, qu'elle finance pour biaiser les lois de la concurrence, sont des outils stratégiques de sa politique.

Cela m'a fait penser à un ami, qui a passé une partie de sa vie en Afrique, et qui dit que la Chine a des "pratiques de voyou". En termes de colonialisme elle est bien pire que l'Occident.

Les libéraux qui ne prônent que la libre concurrence seraient-ils des innocents ? L'émission parlait aussi de l'importance en recul des USA dans les échanges internationaux. Ont-ils eu raison de réagir avant qu'il ne soit trop tard ?

dimanche 17 février 2019

Transcendance pratique

Que dit Emmanuel Levinas, se demandaient Les chemins de la philosophie (France Culture) ? Ce que j'en écrivais semble avoir tapé assez près des propos des experts. Néanmoins, je me demande, comme toujours, si j'ai bien compris. 1) Ai-je raté une partie du message ? 2) Est-il à une altitude que je n'atteindrai jamais ? J'utilise ses mots, mais je ne saisis pas la signification qu'il leur donnait ?

Peut-on employer la pensée d'Emmanuel Levinas en pratique, ou le simple fait d'envisager de le faire est-il déjà un total hors jeu ?

Mon métier me fait aller vers l'autre, et même vers une partie inconnue de l'autre. Je parle "d'horreur", dans le sens ancien de crainte et admiration ("awe" a gardé cette signification en anglais). Effet bénéfique.
  • Je dois parvenir à comprendre ce que je peux lui apporter. Etrangement, la rencontre crée les conditions qui permettent de me révéler à moi-même. Exercice existentialiste par nature. 
  • Il voit en moi quelque-chose d'utile que je ne perçois pas. 
  • L'autre peut m'amener à me changer. Pour être à la hauteur de l'événement, ou parce que ses connaissances, son expérience, son aide... m'ouvrent des horizons. 
  • Il y a aussi une récompense immanente dans cet exercice : le geste de reconnaissance inattendu et spontané : "finalement, on avait choisi le bon consultant", "sans vous, je n'y serais pas arrivé".
Transcendance du pauvre ?

Chercher à comprendre le mystère Levinas, invitation à une transcendance de haut vol ?


Changement de changement ?

Le glyphosate est-ce dangereux ou non ? On n'en sait rien, concluait La méthode scientifique de France Culture.

Comme d'habitude, il faut attendre qu'il y ait des morts pour que l'on ait quelques certitudes ? (Une autre émission parlait des "radium girls", qui peignaient des cadrans phosphorescents avec un composé de radium, et s'empoisonnaient en humectant leurs pinceaux avec leurs lèvres.)

Dans ma jeunesse, on était persuadé que la science démêlerait le vrai du faux. Le changement, le progrès, avait pour moteur la raison et la science. Ce n'est pas ce qui est arrivé. Aujourd'hui, les changements sociaux ressemblent à la mode. Ils résultent d'un affrontement entre idéologies, employant tous les moyens possibles pour manipuler l'opinion.

Entre la science qui fait la loi et les luttes idéologiques, n'y aurait-il pas une troisième voie ?

samedi 16 février 2019

Société anti Levinas

Emmanuel Levinas pensait que c'était en allant vers ce que "l'autre" a de plus mystérieux que l'on connaît la transcendance.

Etrangement, notre société a fait exactement le contraire. Nous nous sommes repliés sur nous mêmes, en estimant que c'était la meilleure façon de satisfaire nos intérêts. Notre malaise viendrait-il d'un manque de transcendance ?

Humeur noire ?

Décrire permet-il de comprendre ? J'en doute.

Lorsque je dimensionnais des projets, je devais doubler les temps que j'étais capable d'estimer. Des travaux universitaires arrivaient à un facteur correctif proche de 3, d'ailleurs. A quoi correspond ce temps manquant ?

L'expérience montre aussi que l'on ne comprend rien à une personne, si l'on se contente de la regarder. Son comportement se révèle dans l'action. C'est aussi dans le changement que l'on comprend une organisation.

Y a-t-il un parallèle entre ces observations et celles de la physique, qui estiment que la matière visible n'est pas suffisante pour expliquer le comportement de l'univers ? Il faut lui ajouter une "matière noire" et une "énergie sombre".

Cela ne devrait-il pas amener les promoteurs de l'intelligence artificielle et des merveilles du "numérique" à un rien d'humilité ?

vendredi 15 février 2019

Changement et entreprise

Mirabeau était laid, mais irrésistible. Beaucoup de grands séducteurs sont comme lui. En jouant de son talent, il avait rendu sa laideur attirante. Au contraire, la chirurgie esthétique efface notre originalité. Fake you.

Il en est de même pour l'entreprise moderne. Pour elle changer, c'est se transformer, transformer son être, pour être conforme. (Par exemple faire sa "transformation numérique", comme les autres.) Pour moi, changer, c'est modifier sa façon de faire de façon à tirer au mieux parti de sa différence.