mercredi 24 juin 2015

La Grèce facteur d'unité européenne ?

"La Grèce est le seul exemple connu d'un pays vivant en pleine banqueroute depuis le jour de sa naissance". (La Grèce contemporaine, Edmond About, 1858.)

Présentation du contenu d'un chapitre :
Observations générales sur la situation financière de la Grèce. - La Grèce vit en pleine banqueroute depuis sa naissance. - Les impôts sont payés en nature. - Les contribuables ne payent point l'Etat, qui ne paye point ses créancier. - Budget d'exercice et budget de gestion. - Les ressources du pays ne se sont pas accrues en vingt ans. 
L'incurie grecque serait-elle culturelle ? La Grèce, ayant été incapable de se suffire à elle même, vit aux crochets de la puissance qui la domine, depuis l'empire romain ? Si oui, faut-il protéger cette culture si particulière et si ancienne, et créer une zone protégée, un parc naturel, une réserve ?

En tout cas, France Culture semble avoir trouvé un intérêt à conserver la Grèce dans l'euro. Payer ses dettes force la zone à toujours plus de solidarité. La Grèce nous contraint à l'altruisme.

(Texte transmis par un ami : édition plus récente sur Gallica.)

PS. Article de Jean Quatremer allant dans la même direction : la Grèce était déjà en faillite à son entrée dans l'UE ; aujourd'hui, c'est un handicap facteur de cohésion.