mardi 25 avril 2017

Banlieue

Je me suis installé en banlieue à la suite d'une série de hasards. A cette occasion j'ai découvert que, sans m'en rendre compte, je n'avais jamais été heureux à Paris. Je pensais donc être original. Pas du tout, il y a actuellement une migration vers la banlieue. D'où nouvelle spéculation immobilière. On y tronçonne le terrain, pour y faire entrer des maisons. Et on s'y endette ferme. 

L'élite intellectuelle s'est gaussée de l'amour de nos pères pour la maison. Ce qui avait fait qu'ils avaient passé des vies à rembourser des emprunts. Eh bien, les nouvelles générations leur ressemblent. Peut-être pensent-elles que le sain épanouissement d'une famille demande une maison, même modeste ?