samedi 27 décembre 2014

Merkel : Arbeit macht frei ?

J’en reviens à la biographie de Mme Merkel lue dans le New Yorker. Et si, une fois de plus, j’avais tort ? 

J’ai interprété la ligne directrice de Mme Merkel comme étant « cultivons notre jardin ». Et si c’était plutôt « Arbeit macht frei ». Autrement dit, travaillez dur et ne vous posez pas de questions. Le mal du monde, c’est vouloir penser. 

Ce qui pourrait expliquer l’inquiétude de l’auteur de la biographie. 

(Rappel. Vouloir penser est l'idéal des Lumières et la fondation, au moins théorique, de notre société. Sapere aude, ose penser, dit Kant. Mauvais Allemand ?)