dimanche 21 décembre 2014

The Economist est en vacances

Comme chaque année, The Economist publie un numéro double pour Noël. De peu d'intérêt. Contrairement à ce qu'il fait en été, il n'a pas recours aux stagiaires en hiver. Mais le résultat est à peu près aussi affligeant. 

Perfide Albion ? The Economist ne rêve que de déréglementation, de retraite à 95 ans, de disparition du droit du travail et de l'Etat providence, alors que lui vit une vie bien douce et bien protégée de fonctionnaire pantouflard. Au fond, il n'a rien contre une vie de civilisé, mais, à condition qu'elle soit réservée à ceux qui la méritent ? 

(Ma chronique hebdomadaire du dit numéro paraîtra la semaine prochaine.)